Connect with us

Actualité

Coronavirus en Chine : les étudiants guinéens à Wuhan, inquiets, mais rassurants !

Published

on

Depuis quelques semaines, un virus parti de la ville chinoise de Wuhan, au nord du pays, inquiète le monde entier. Son nom : coronavirus 2019-nCoV. De la Chine au Canada, en passant par l’Asie du Sud, l’Europe, l’Amérique du Sud et l’Afrique, l’inquiétude grandit et les Etats adoptent des mesures pour limiter sa propagation, voire prévenir une contamination. Dans l’Empire du Milieu, le coronavirus a déjà fait plus de  100 morts et plus de 4000 contaminations depuis son apparition fin 2019. La ville de Wuhan, l’épicentre du Coronavirus, abrite de nombreux étudiants guinéens. La rédaction de Foutanews est entrée en contact avec l’un d’entre eux, pour en savoir plus sur leurs conditions de vie pendant cette période de crise sanitaire.

Parti poursuivre ses études en Chine il y a trois ans, Abdoulaye Barry a été accueilli par l’Université de Wuhan. Il décrit la situation qui prévaut dans cette ville, désormais tristement célèbre. Selon lui, la maladie est apparue pour la première fois au mois de novembre dans un marché de la place avant d’être officiellement déclarée par le gouvernement chinois le 31 décembre dernier. « Nous sommes dans une ville où on estime la population entre 14 et 16 millions d’habitants. C’est une ville très peuplée. Aujourd’hui, ce n’est pas du tout facile. Des gens sont sortis avec le virus sans qu’ils sachent s’ils sont infectés ou pas. Nous sommes une quinzaine de Guinéens dans l’Association des étudiants stagiaires guinéens à Wuhan, mais y a d’autres compatriotes qui ne sont pas associés avec nous  dans cette association », précise-t-il.

Plus loin, l’ancien président de l’Association des étudiants stagiaires guinéens à Wuhan ajoute que l’un des facteurs de la propagation de cette maladie est dû en grande partie par le déplacement massif des habitants de la zone infectée vers d’autres lieux en Chine et à l’étranger.  Son apparition est en effet intervenue pendant la période des fêtes de fin d’année qui a coïncidé aux congés d’hivers dans la région ; et l’officialisation n’a pas été faite rapidement, facilitant ainsi sa propagation. « Pour le moment, il n’y a aucun Guinéen qui est infecté. Nous sommes ici dans des universités qui nous contrôlent, qui savent où nous sommes, qui nous contactent tous les jours et nous donnent les conseils pour des mesures d’hygiènes nécessaires », rassure-t-il.

Depuis le 23 janvier, la ville de Wuhan a été mise en quarantaine par les autorités chinoises. « Les stations de bus, les métros et les aéroports sont fermés. On ne peut plus aller dans d’autres
villes, tout est fermé. Nos universités nous ont envoyés des messages, disant à ceux qui sont dans la ville de ne pas venir, ceux qui sont dans les campus de ne pas sortir et ceux qui sont à l’extérieur du pays de ne pas revenir », explique-t-il. Selon les dernières informations, la situation s’empire de jour en jour. A chaque nouvelle mise à jour, les autorités sanitaires de la province du Hubei font état de nouveaux cas ; et cela inquiète les populations de la ville, notamment les Guinéens qui y habitent. « Nous sommes habitués à aller acheter à manger mais depuis le début de la maladie, tout le monde s’est mis à la cuisine. Tous les marchés et supermarchés sont fermés, donc la ville est devenue une cité fantôme. Personnellement, je suis sorti de chez moi hier après 6 jours de confinement pour m’enquérir de la situation de nos compatriotes vivant dans le campus. Bien que je sois étudiant de l’université, l’accès a été difficile car j’ai fait près d’une heure en train de parler avec les autorités afin de me laisser rentrer », explique Abdoulaye Barry.

D’après lui, les Guinéens résidant à Wuhan ne devraient pas s’inquiéter dans l’immédiat parce qu’ils ont pu avoir en stock une certaine quantité de poulets, de viande et de légumes. Ils espèrent que la crise prendra fin avant une éventuelle rupture du stock. C’est leur principale crainte en ce moment, indique-t-il avant de rassurer : « Nous sommes là, tout va bien pour le moment. Au sein de la communauté guinéenne, personne ne s’est plaint pour le moment. On est toujours en contact, on a surtout le soutien des autres communautés qui sont ici. On s’appelle et on s’envoie des messages régulièrement. Cela nous réconforte vraiment, car rester dans un pays loin des parents qui sont inquiets pour nous à cause de la situation qui prévaut c’est difficile. Mais par la grâce de Dieu, ça va pour le moment ». Abdoulaye Barry invite les parents guinéens qui ont des enfants à Wuhan à ne pas trop s’inquiéter.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Jeunes politiques, sommes-nous une alternative rassurante ? ( Par Aliou Bah)

Published

on

Au regard de la complexité socio-politique, des immenses défis à relever et du déficit chronique de qualité de leadership qui caractérisent notre pays, il y a des interrogations qui ont leur raison d’être sur les options alternatives. L’expérience nous a plusieurs fois prouvé qu’en politique, le fait d’être simplement jeune n’est pas une garantie d’efficacité et de probité.

En effet, les aînés d’aujourd’hui qui sont souvent décriés, ont géré la chose publique depuis leur jeunesse pour la plupart d’entre eux. L’ évidence montre que le résultat global est loin d’être satisfaisant dans la mesure où notre pays est l’un des plus pauvres du continent.
Ceci étant, nous qui critiquons cet état de fait, que faisons-nous de mieux pour ne pas être jugés de la même manière dans 20 ans ? Certes, la plupart des dérives du régime actuel sont planifiées par des acteurs de la vieille classe, mais n’est-ce pas des jeunes qui en assurent l’exécution, la défense et la promotion (y compris les assassinats de leurs innocents compatriotes et la haine interethnique) ?
Que ce que la nouvelle génération politique revendique comme parcours académique et professionnel pour se garantir une indépendance totale dans son engagement ? Il y a quel mérite à utiliser des combines pour intégrer la fonction publique, être acteur et bénéficiaire d’une fraude électorale ou devenir propagandiste d’une gouvernance chaotique ?

Que faut-il penser d’un jeune spécialiste en technique moderne de détournement, de corruption et de manipulation, qui protège ses intérêts égoïstes en faisant croire que l’avenir de la jeunesse peut être radieux avec un vieux dirigeant de 82 ans “hors taxes” ? Quel crédit faut-il accorder à un jeune chômeur qui soutient une dictature sanguinaire chez lui mais qui est prêt à saisir la première occasion pour aller vivre dans un pays de liberté et de démocratie ?

Alors face à nos multiples échecs en matière de leadership, aussi longtemps que ceux qui ont des compétences et qui portent des valeurs (honneur, dignité, patriotisme…) ne comprendront pas que la politique est incontournable pour soigner une société aussi malade que la nôtre, d’où l’urgence de s’engager, l’espace continuera d’être occupé et pourri par des individus complètement malsains comme cela a toujours été le cas.

Ainsi, face au vide qualitatif, le peuple désespéré n’aura pas d’autres choix que de se contenter de l’existant ou se résigner en attendant un salut divin hypothétique.

Aliou BAH
Jeune Politique

MoDeListe

Continue Reading

Actualité

Insolite : admis à l’hôpital, L. Condé, ex capitaine du Fello Star claque la porte avant la fin de son traitement

Published

on

On vous l’annoncait dans un précédent article, Lansana Condé, ancien capitaine du Fello Star de Labé, gravement malade, était admis en soins intensifs à l’hôpital National Ignace Deen. Mais contre toute attente il a décidé de quitter l’hôpital avant même qu’il ne soit autorisé par son médecin ni que son état de santé s’améliore.

De sources hospitalières, l’ancien joueur du Fello Star a quitté l’hôpital mais bien avant il avait proféré des menaces contre les médecins qui tentaient de le convaincre de poursuivre son traitement. Finalement, ils ont fini par le laisser partir après signature d’un document attestant qu’il a sollicité son départ avant la fin de son hospitalisation. Une information confirmée par une source proche du club de Labé.

Pourquoi a-t-il décidé d’un seul coup d’arrêter son traitement alors qu’il avait lui même lancé un SOS pour sa prise en charge ? C’est suite à cet appel qu’un mécène a décidé de prendre en charge les frais de son hospitalisation. Pour certains observateurs le joueur connaît l’origine de sa maladie et elle ne saurait être traitée par la médecine moderne.

Thierno Bah,

Continue Reading

Actualité

La Chambre d’appel de la CPI modifie les conditions de mise en liberté de MM. Gbagbo et Blé Goudé

Published

on

Aujourd’hui, 28 mai 2020, la Chambre d’appel de la Cour pénale internationale (« CPI » ou « la Cour ») a décidé de rejeter la requête de la Défense de M. Gbagbo demandant à la Chambre de réexaminer son arrêt lui accordant, ainsi qu’à M. Blé Goudé, une mise en liberté conditionnelle. La Chambre d’appel a toutefois décidé de revoir les conditions de mise en liberté. Cette décision ne concerne pas l’appel contre l’acquittement de MM. Gbagbo et Blé Goudé.
Lire la suite ici 

Continue Reading

CETTE SEMAINE