Connect with us

PROXIMITE

La route Mamou-Gongoorè, un calvaire pour les citoyens

Published

on

Il y a quelques jours, nous vous avions décrit le calvaire que vivent les usagers du tronçon Dounet-Kegneko, dans la préfecture de Mamou. Et bien, ils ne sont pas les seuls à être dans la même situation. Sur le tronçon reliant la ville de Mamou à la sous-prefecture de Gongoorè, long de 65 km, la galère est la même, du fait de l’état de dégradation très avancée de la route.

Depuis un certain temps, les usagers de cette route vivent un véritable calvaire, a constaté un collaborateur de Foutanews.Info basé dans la préfecture de Mamou. Sous l’effet des eaux de ruissellements dues aux grandes pluies qui sont tombées dans la localité pendant la saison pluvieuse de cette année et des embourbements des gros porteurs, la vitesse moyenne sur cette route jonchée de pierres pointues est tombée à 20km/h sur les véhicules de type 4×4, causant d’énormes difficultés pour les populations locales à évacuer leurs produits agricoles ou les personnes malades vers le centre-ville de Mamou.

Rencontré par Foutanews, le maire de Gongoorè Elhadj Alpha Oumar Diallo donne des précisions : « Le tronçon Mamou-Gongorè n’a jamais été reprofilé. Nous utilisons des houes et des pioches pour tenter de réparer certains endroits particulièrement dégradés », explique-t-il. Selon les témoignages recueillis sur place, le prix du transport entre cette sous-préfecture et la « ville carrefour » varie entre 30 000 et 35 000 francs guinéens pour une distance longue de seulement 65 kilomètres.

D’ailleurs, il est vivement conseillé de ne pas rater son taxi. Si cela arrivait, il faudrait patienter encore deux jours pour voir arriver le prochain taxi, nous a-t-on expliqué.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Fête de Ramadan à Mamou: cinq morts dans un accident de la circulation

Published

on

Cinq personnes ont perdu la vie dans un accident de la circulation ce lundi 25 mai 2020 à Mamou. Le drame s’est produit aux environs de 18 heures dans la sous-préfecture de Tolo, située à près de 20km de la préfecture.

Ce sont deux motos en surcharges qui sont entrées en collision et cinq morts sont enregistrés sur place et un blessé grave selon un communiqué du ministère de la sécurité et de la protection civile.

L’excès de vitesse et l’inobservation des règles de conduite seraient la cause de cet accident grave qui a endeuillé plusieurs familles au lendemain de la fête de l’Aid-el-filtr selon les autorités.

Malgré l’etat d’urgence sanitaire, des guinéens ont donc perdu la vie en marge de la fête de ramadan.

Thierno Bah

Continue Reading

Actualité

Fête du ramadan/covid-19 : A Labé, les fidèles ont prié à domicile

Published

on

Le monde musulman a célébré ce dimanche 24 mai 2020, la fête de l’aid el Fitr dans un contexte très particulier marqué par la pandémie du coronavirus. A l’image des autr jours, lieux de culte sont fermés obligeant les fidèles à prier à domicile. L’une des nombreuses mesures prises par les autorités pour limiter la propagation de la covid19. Un reporter de Foutanews.info s’est rendu dans la famille de Boubacar Madany pour savoir comment la prière a été faite.

Dans la famille de Madany, la mesure est comprise et il n’y a pas eu des difficultés quant à son application. D’ailleurs selon le responsable de la famille, il n’y a pas de grande différence entre prier à la maison et la mosquée et si cela peut contribuer à couper la chaîne de contamination, c’est l’essentiel car la santé est au dessus de tout. « La ligue islamique a interdit les rassemblements pour la prière de l’aid el fitre en conseillant aux fidèles de prier à domicile comme indiqué dans les textes islamiques. Il s’agit de prier comme si c’était dans les lieux de prières, la seule différence est qu’il n’y a pas de sermont», explique Boubacar Madany.

Même si cette fois la famille a prié à domicile, covid-19 oblige, les mesures sanitaires ont été respectées à la lettre. « Nous avons installé un kits de lavage des mains, chacun s’applique pour se laver les mains tout en respectant les mesures, en évitant de se serrer les mains…».

A l’image de cette famille, les fidèles musulmans de la commune urbaine de Labé ont tous prié à domicile.

Saidou Diallo

Continue Reading

Actualité

Labé : le militaire atteint du covid-19 évacué à Conakry, ses contacts identifiés ( DPS)

Published

on

On vous l’annonçait hier, un militaire en provenance de Conakry atteint du nouveau coronavirus a été retrouvé au camp Elhadje Oumar. L’officier était en mission dans cette garnison militaire. Mais avant de s’y rendre, il avait effectué son test de dépistage au Covid-19 mais les résultats n’étaient pas encore disponibles quand il a effectué le voyage. C’est donc une fois sur place (Labé) que son résultat positif est tombé. Les autorités ont alors pris toutes les dispositions nécessaires.

Après trois jours de travail dans la localité il a été confirmé positif au coronavirus. La direction préfectorale de la santé a alors décidé de l’évacuer ainsi que trois de ses contacts directs à Conakry.

Il est venu à Labé le 17 mai pour une mission de paie, qu’il a commencée deux jours plus tard. Grâce à la collaboration entre l’agence nationale de sécurité sanitaire et le district sanitaire de Labé, il a été rapidement localisé selon le directeur préfectoral de la santé.

« Il a bien collaboré. On a pris les dispositions immédiatement. On l’a mis dans l’ambulance et nous l’avons renvoyé sur Conakry. Nous avons pris les soins d’abord d’identifier ses premiers contacts notamment ses contacts très  proches. Il y avait trois qui sont partis avec lui pour effectuer les tests», explique Dr Mamadou Hady.

Par rapport à la psychose qui règne dans la cité de karamoko Alpha mo Labé, le directeur préfectoral de la santé recommande à la population de continuer à respecter les mesures barrières sanitaires.
« Actuellement, nous sommes en train de prendre toutes les dispositions pour éviter la propagation  au niveau des citoyens. Partout où il (le militaire NDLR) a travaillé, l’équipe est passée et nous avons désinfecté les différents locaux. »

Malgré la mise en place des mesures restrictives interdisant aux citoyens de voyager vers l’intérieur du pays, bien d’entre eux continuent de braver cette interdiction et déferlent par centaine chaque semaine.

Thierno Oumar Tounkara

Continue Reading

CETTE SEMAINE