Il y a quelques jours, nous vous avions décrit le calvaire que vivent les usagers du tronçon Dounet-Kegneko, dans la préfecture de Mamou. Et bien, ils ne sont pas les seuls à être dans la même situation. Sur le tronçon reliant la ville de Mamou à la sous-prefecture de Gongoorè, long de 65 km, la galère est la même, du fait de l’état de dégradation très avancée de la route.

Depuis un certain temps, les usagers de cette route vivent un véritable calvaire, a constaté un collaborateur de Foutanews.Info basé dans la préfecture de Mamou. Sous l’effet des eaux de ruissellements dues aux grandes pluies qui sont tombées dans la localité pendant la saison pluvieuse de cette année et des embourbements des gros porteurs, la vitesse moyenne sur cette route jonchée de pierres pointues est tombée à 20km/h sur les véhicules de type 4×4, causant d’énormes difficultés pour les populations locales à évacuer leurs produits agricoles ou les personnes malades vers le centre-ville de Mamou.

Rencontré par Foutanews, le maire de Gongoorè Elhadj Alpha Oumar Diallo donne des précisions : « Le tronçon Mamou-Gongorè n’a jamais été reprofilé. Nous utilisons des houes et des pioches pour tenter de réparer certains endroits particulièrement dégradés », explique-t-il. Selon les témoignages recueillis sur place, le prix du transport entre cette sous-préfecture et la « ville carrefour » varie entre 30 000 et 35 000 francs guinéens pour une distance longue de seulement 65 kilomètres.

D’ailleurs, il est vivement conseillé de ne pas rater son taxi. Si cela arrivait, il faudrait patienter encore deux jours pour voir arriver le prochain taxi, nous a-t-on expliqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici