Connect with us

PROXIMITE

Tountouroun (Labé) : découverte macabre d’un corps sans vie

Published

on

Ce mercredi 8 janvier 2020, le corps sans vie d’un jeune a été retrouvé dans le fleuve Dimmah, dans la sous-préfecture de Tountouroun, à une dizaine de kilomètres de la commune urbaine de Labé. Selon les informations,  la victime est originaire de la localité de Kouraoun  

Joint au téléphone par notre rédaction, le maire de la commune rurale de Tountouroun, Elhadj Mamadou Saliou Sow, a indiqué que la victime s’appelait Thierno Mamadou et résidait en Gambie. « Il s’est rendu au marigot pour faire sa lessive. Nous ne savons pas comment il s’est retrouvé dans l’eau . Des citoyens qui étaient également venus pour le linge ont découvert son corps flottant sur l’eau  et immédiatement ils ont fait appel aux autorités. Et nous nous sommes rendus ensuite sur le lieu où le corps a été découvert. Après le constat, le corps a été rendu [à la famille] pour  son enterrement », a-t-il précisé.

À en croire le maire, la victime avait une maladie épileptique et faisait des crises. Il a été inhumée ce mercredi 8 janvier 2020.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PROXIMITE

Labé : l’activisme artistique au service de la lutte contre la corruption

Published

on

Dans un climat festif, ce mercredi 04 mars 2020, notre rédaction a assisté à la réalisation entre 16h et 18h30 dans la commune urbaine de Labé, d’une prestation de théâtre-forum sur le thème « Stop à la corruption en milieu scolaire ». Cette activité qui a connu une participation de près de 200 personne s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet intitulé : « Un coup de balai contre la corruption », soutenu par la Fondation OSIWA dans le cadre de son programme d’appui aux activistes, artistes et journalistes pour la mise en œuvre d’actions d’activisme artistiques pour la lutte contre la corruption en Afrique de l’Ouest et dans la région des Balkans.

Ladite activité de théâtre-forum a été réalisée plus précisément dans le quartier Madina, dans la commune urbaine de Labé, au Fouta-Djallon. Elle a engagé 8 jeunes leaders, activistes et membres de l’ONG Citoyens pour la paix et la justice. Ces jeunes qui ont une grande expérience en matière de réalisation de théâtre participatif ont fait à travers cette action d’activisme artistique une brillante prestation de théâtre participatif qui a incité 5 participants du public à s’inviter dans le théâtre pendant la phase participative et de remplacer un acteur pour jouer son rôle. A tour de rôle, dans leurs simulations, ces participants ont indiqué que la corruption en milieu scolaire est un phénomène à bannir sous toutes ses formes. Le premier intervenant a dit : « Si ton enfant redouble dans une classe, tu ne dois pas passer par la corruption pour qu’il parte en classe supérieure, mais plutôt tu dois t’investir pour lui trouver un enseignant qui doit le faire réviser ses leçons et améliorer son niveau, sinon tu aurais contribué à faire la promotion de la corruption et de la médiocrité dans le pays ».

Quant au dernier intervenant, il a dit : « Passer par la corruption pour améliorer les notes obtenues par ton enfant à l’école est une façon de faire perdre les enfants des autres parents qui n’ont pas les moyens de payer de l’argent, c’est donc une pratique néfaste à ne jamais faire car ta conscience te le reprochera ». Certains participants auxquels nous avons tendu notre micro dans la foule au cours de l’activité nous ont également indiqué que le harcèlement sexuel est une autre forme de corruption à laquelle sont victimes certaines élèves, qu’il faut donc proscrire car selon eux, cela fait la promotion de l’insécurité des jeunes filles à l’école.

Aux alentours de l’espace qui a servi de cadre pour la tenue de cette activité, on pouvait lire les messages suivants sur les affiches arborées : « Je suis contre la corruption », « La corruption est une source de haine », « corruption = injustice », « La corruption ne passera pas par moi », « Stop à la corruption dans nos écoles et nos universités », etc.

A la clôture de l’activité à 18h30, le public a exprimé son souhait de voir une autre action de ce genre pour la lutte contre la corruption dans les hôpitaux réalisée dans le quartier.

Continue Reading

Actualité

Labé : cinq détenus étrangers graciés par le président Alpha Condé

Published

on

Cinq étrangers de nationalités différentes qui étaient jusque-là détenus à la prison civile de Labé ont été libérés après trois mois de détention. Cette libération est intervenue à l’occasion de la grâce présidentielle annuelle qui parvient avant, pendant ou après les fêtes de fin d’année. 

Il s’agit de deux Sierra-léonais, un Nigérian, un Camerounais et un Malien qui avaient été arrêtés par la gendarmerie pour défaut de papiers avant d’être déférés à la prison civile de Labé. C’est après avoir passé trois mois au cachot que le pasteur Mohamed Camara, représentant local de la fraternité des prisons de Guinée, ait sollicité l’assistance des magistrats pour mettre fin à leur séjour carcéral afin que ces détenus puissent bénéficier d’une grâce présidentielle. 

Moïse Deablose, camerounais d’origine, qui a bénéficié de cette faveur était, selon lui, à Labé pour livrer ses services à la population du Foutah. Quant au Sierra-léonais, il soutient s’être rendu à Labé dans l’intention de jouer au football. Avant leur départ, ces jeunes ont tous été munis d’un laissé passer devant leur permettre de rejoindre leur pays d’origine. 

Continue Reading

Actualité

Labé : plus de quatre millions de francs guinéens emportés par des présumés malfrats

Published

on

Dans la nuit  de samedi à dimanche 5 janvier 2020, une boutique se trouvant au marché central de Labé a été  vidée de son contenu par des présumés bandits. Selon la victime, Elhadj Ibrahima Maci, ces hors-la-loi ont emporté une forte somme d’argent et une quantité importante de marchandises : « Ces présumés bandits ont pris quelques marchandises et une somme de quatre millions de francs guinéens. C’est la troisième fois qu’on nous cambriole. », explique-t-il.

Et d’ajouter que : « les menuisiers qui étaient venus  à l’époque réparer la partie par laquelle ils s’introduisent, après leur  départ, je n’avais pas retrouvé mes paires de ciseaux.  J’ai tout fait et leur maître m’avait fait croire ce jour-là qu’ils les ramèneront. Hélas.  Ce qui est étonnant, ce sont les mêmes paires de ciseaux que nous avons retrouvées chez Elhadj Macka .», s’est-il alarmé.

Malgré certaines promesses tenues par certains responsables du marché central  de Labé, ces vols par effraction ne font qu’empirer du jour au lendemain à l’extérieur de ce centre de négoce.

Continue Reading

CETTE SEMAINE