Connect with us

Actualité

Affaire 200 milliards: la MAOG fustige la sortie du gouvernement et fait des recommandations (déclaration)

Published

on

La société civile guinéenne à travers la Maison des Associations et ONG de Guinée constate depuis quelques jours que la Guinée ploie sous le poids du fait de corruption portant sur plus de 200 milliards de francs guinéens au préjudice du peuple de Guinée.

Au cœur de ce présumé coulage financier se trouve la ministre de l’Enseignement Technique et de la Formation professionnelle, Mme Djenab DRAME.

Nous relevons que cette affaire rocambolesque intervient au moment où le Président de la République, le Professeur Alpha CONDE, prône la lutte contre la corruption comme son cheval de bataille pour rendre gorge à tout agent public qui retient sciemment et indûment, à son profit ou au profit d’une autre personne ou entité, tout bien public ou fonds public, qui lui a été remis soit en vertu d’un contrat soit en raison de ses fonctions.

La Maison des Associations et ONG de Guinée note en outre que le Gouvernement de la République ne semble pas s’inscrire en droite ligne de ce nouveau pacte républicain vanté par le Président de la République sous le sceau ‘’ Gouverner autrement’’.

La Maison des Associations et ONG de Guinée observe que cette volonté politique de ‘’Gouverner autrement’’ semble être dangereusement compromise par le communiqué du Gouvernement du jeudi 26 Novembre 2020 devenant ainsi Procureur, juge audiencier, partie civile, et objecteur de conscience. Tout en tentant de discréditer la source de cette information et en indiquant la procédure à suivre.

La société civile guinéenne craint que le décret du 13 novembre 2020 sur le formulaire de déclaration sur le patrimoine ne soit pas un moyen efficace de jauger l’effectivité et la véracité de la déclaration des biens des agents publics avant la prise de fonction et après cessation de celles-ci conformément à l’article 36 de la Constitution.

La société civile guinéenne à travers Maison des Associations et ONG de Guinée doute que la ratification par la Guinée de la Charte Africaine sur les valeurs et les principes du service public et de l’Administration ainsi que la Loi L/2017/041/du 04 juillet 2017 portant prévention, détection et répression de la corruption et des infractions assimilées, connaissent un ancrage institutionnel en République de Guinée.

Forte de ces constats et consciente des enjeux liés à cette affaire rocambolesque, la Société civile guinéenne à travers Maison des Associations et ONG de Guinée, recommande :

Au Président de la République de:

  • Traduire en acte concret sa volonté de ‘’Gouverner la Guinée autrement’’;-
  • Veiller au respect du principe de séparation des pouvoirs conformément à la Constitution ;
  • Mettre la mise en cause face à sa responsabilité dans le cadre du principe de confrontation et recoupement des sources d’informations devant une Commission d’enquête indépendante ;
  • Mettre en place la Haute cour de Justice

Au Gouvernement de :

  • Retirer le communiqué en date du 26 novembre 2020 relatif à la prétendue solidarité gouvernementale ;
  • Soutenir la volonté du Président de la République de ‘’Gouverner autrement la Guinée’’ à travers les actes concrets et non au bout des lèvres sur ce dossier;
  • Ne pas faire injonction aux autres institutions constitutionnelles ;
  • Eviter la complaisance et le copinage dans la gestion des affaires publiques ;
  • S’abstenir de toute initiative dans les cas avérés ou non de corruption en dehors du Conseil des ministres ;

Au Parlement de

  • Diligenter la mise en place d’une Commission d’enquête en vue de passer au scanner ce soupçon de détournement au préjudice du peuple ;
  • Anticiper leur rôle de contrôle de l’action gouvernementale

A la société civile de:

  • Mener un audit social dans ce dossier dans le cadre du contrôle citoyen de l’action publique;
  • Se constituer partie civile dans ce détournement de fonds publics de plus de 200 milliards de francs guinéens ;

Aux partenaires de :

  • Soutenir les initiatives de la Société Civile Guinéenne à travers Maison des Associations et ONG de Guinée pour la promotion de la bonne gouvernance, la transparence et la lutte contre la corruption en Guinée.

La Société Civile Guinéenne à travers la Maison des Associations et ONG de Guinée promet de dénouer ce nœud gordien dans son souci de jouer son rôle de sentinelle de la transparence et de la reddition de compte public dans la gestion des services publics en privilégiant des recours et moyens conventionnels en la matière dans leur dessein de traquer et bouter la corruption et pratiques assimilées hors de l’administration centrale et de personnes de droit privé dans le cadre de leur mission de service public.

 

Conakry le 30 Novembre 2020

Signée: Cellule de Lutte contre la corruption

de la Maison des Associations et ONG de GUINEE

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Des organisations de défense des droits des femmes contestent l’absence de loi contre les MGF au Mali (declaration)

Published

on

ABUJA, Nigéria, 12 Avril, 2021 – Plusieurs organisations de défense des droits des femmes ont déposé conjointement une plainte devant la Cour de justice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à Abuja, au Nigéria, pour contester le fait que le Mali n’ait pas interdit les mutilations génitales féminines (MGF) en adoptant un cadre juridique et politique qui criminaliserait la pratique. À l’heure actuelle, aucune législation ne traite des MGF, laissant les femmes et les filles sans recours ni protection contre cette violation des droits humains. 

Continue Reading

Actualité

Université de Labé : le département de l’énergie photovoltaïque accueille ses premiers étudiants

Published

on

L’université de Labé, située dans la commune rurale de Hafia, à une vingtaine de kilomètres du chef-lieu de la région, a ouvert ce samedi 13 février 2021, l’unique département des énergies renouvelables de la République de Guinée.

L’événement qui a connu la présence des autorités universitaires et administratives de Labé, a, dans un premier temps, été ponctué par une conférence  scientifique sous le thème : 4ème révolution industrielle (fabrication numérique, impression 3D, …): quelles opportunités pour l’accélération du développement de l’Afrique en général et de la Guinée en particulier ? Elle avait été animée par Dr Mohamed Chérif Sow, enseigne chercheur à l’École Nationale Supérieure des Arts et Métiers de Paris (ParisTech).

Prenant la parole, le recteur de l’université de Labé, Docteur Mamadou Dian Gongoré Diallo, a salué un projet d’avenir pour le pays et a invité les jeunes à profiter pleinement de ce nouveau département. Quant au représentant du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique, il a plaidé auprès de l’auditoire de miser sur les sciences techniques.

Mamadou Kaïraba Diallo presente la centrale solaire aux officielles

La cérémonie a pris fin par la visite guidée des installations du nouveau département par l’un des artisans de cette coopération décentralisée avec les Instituts Supérieurs de Technologie de Levi-Ponti, Mamadou Kaïraba Diallo

Avec ses trente nouveaux étudiants, ce nouveau département, premier du genre en République de Guinée, fournira au pays dans les prochaines années, des mecatroniciens qualifiés.

Continue Reading

Actualité

Résolution contre les coordinations régionales : «ce sont eux qui ont fabriqué des coordinations artificielles» (El hadj sans-loi)

Published

on

Au lendemain de l’adoption par l’Assemblée nationale de la résolution portant sur les nouvelles dispositions du fonctionnement des coordinations régionales, Elhadj Ousmane Fatako Baldé, a accusé les autorités guinéennes d’être à l’origine de cette polémique qui existe actuellement dans ces entités morales.

« Ce sont eux qui ont fabriqué des Coordinations artificielles or que pour nous les vraies coordinations, ce sont les populations qui nous ont installées. Donc je n’ai rien à dire par rapport à leur résolution. Quand ils feront la différence entre les coordinations qu’ils soutiennent et celles qu’ils tentent de déstabiliser, c’est en ce moment je vais parler », a réagi  Elhadj Ousmane Fatako Baldé, chez nos confrères de mosaiqueguinéé.com, ce jeudi 7 janvier 2021.

 

Il faut noter que dans le document présenté et approuvé par la majorité des députés, il est clairement indiqué que les coordinations régionales demeurent des autorités morales et ne doivent en aucun cas s’immiscer dans les affaires politiques notamment celles courantes de l’État.

 

Continue Reading

CETTE SEMAINE