Connect with us

Société

Arrestation d’opposants (FNDC) en période de COVID-19: Un déséquilibre pas trop galant !

Published

on

Cette lutte nous l’observons, nous la vivons et nous la subissons. Elle n’est pour nous ni un conte de fée, ni une légende encore moins  une fable. S’ils  ont eu le courage  de vous résister soleil au front, ayez la grandeur de ne pas les chiper pendant qu’ils observent la mi-temps.

Le FNDC en dépit de toutes les difficultés (intimidations, arrestations, persécutions, emprisonnements et même assassinats de ses militants) a ouvertement lutté contre les élections législatives et le référendum du 22 mars 2020, prônées  et tenues par le régime d’Alpha Condé malgré les multiples contestations citoyennes. Des élections qui outre la division sociale et les morts d’hommes qu’elles ont engendrées à Conakry et dans les villes de l’intérieur, ont fortement contribué à propager la Covid-19 dans le Pays. 

Alors, c’est à la fois antidémocratique, indigne et irresponsable qu’en cette période de pandémie où le monde entier s’active à lutter contre le Coronavirus qui fait déjà plus de 300.000 morts, que les autorités guinéennes à travers la Direction Nationale de la Police Judiciaire, continuent de traquer, d’enlever, d’arrêter et d’emprisonner les opposants au “troisième mandat”.

Oumar Sylla (Fonike Mangue) responsable de la mobilisation, Saikou Yaya Diallo responsable juridique, Cécé Loua coordinateur (FNDC N’Zérékoré), ainsi que plus d’une vingtaine de militants du Front National pour la Défense de la Constitution croupissent en prison sans jugement et généralement pour des charges non justifiées. Le plus marrant est que tous ou la plus part ont été  interpellés dans des conditions obscures, qui ne sont justes et respectueuses des lois que pour leur parrain, le Commissaire Fabou Camara et ses alliés.

Ces activistes comme tous les autres prisonniers sont plus que jamais exposés à la maladie de Covid-19. Plusieurs cas de décès liés au nouveau Coronavirus sont déjà enregistrés à la Maison Centrale de Conakry. Avec le surpeuplement de la population carcérale, les détenus risquent gros. C’est pourquoi d’ailleurs un centre de traitement vient d’être inauguré dans ce centre.

Je crois qu’avec la résistance citoyenne et la farouche opposition du FNDC et de ses militants, à la veille, pendant et après le double scrutin contesté, ont fait comprendre au pouvoir d’Alpha CONDÉ, qu’il avait de vrais leaders en face. Car, au vu des actions, le pouvoir a réalisé pertinemment que c’est par la lame qu’il tenait le sabre.

L’apparition de la pandémie et le mois de ramadan semblent être les facteurs qui maintiennent jusque-là le pouvoir actuel, sinon l’ouragan populaire aurait procédé au nettoyage du système.

C’est peut-être pour ça que les autorités guinéennes  comptent visiblement  profiter de cette période de pénitence et de trêve pour kidnapper et maintenir en prison ceux qui lui donne du fils à retordre depuis le début de la lutte le 3 avril 2019. L’objectif étant de faire taire toute voix discordante à la leur.

En région une cascade d’arrestations des opposants a été enregistré à N’Zérékoré, où une quarantaine a été transféré à Kankan fin avril, mais aussi un peu partout à travers le pays. Chères autorités retenez ceci, il est lâche de s’attaquer à un adversaire en période de trêve. Surtout que c’est pour la bonne cause. Et vous avez appelé à l’union sacrée contre COVID-19,  donc méditez-en.

Vous n’êtes pas éternelles et vos actes sont pyrogravés dans le livre d’histoire de la République de Guinée. 

Abdoulaye Sadio Diallo, journaliste-activiste 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Mamou: braquage à mains armées sur la nationale Mamou-Kindia

Published

on

Aux environs de quatre heures du matin sur la nationale Mamou-Kindia, une voiture de marque Renault 21 en partance pour Conakry a été attaquée par des coupeurs de route à bord de deux motos. Dans le véhicule, en plus du chauffeur, sept passagers parmi lesquels un jeune qui a été blessé par balle. une forte somme d’argent lui a été retirée. En tout,30 millions de nos francs emportés selon maître Bamba Diop, le chauffeur. «
Des balles qui n’ont pas uniquement touché les pneus de la voiture, un jeune qui se trouvait dans le coffre n’a pas été épargné ni de la blessure ni du vol. Les assaillants ont laissé derrière eux deux victimes de vol et un cas de blessure grave».

Après avoir bénéficié du coup de main des agents du bataillon spécial commandos en attente basé à Mamou, le blessé a directement été conduit aux urgences de l’hôpital régional pour les premiers soins.

L’on se souvient qu’il y a juste une semaine qu’un braquage semblable a eu lieu sur la nationale Mamou-Dabola, précisément à Dindö, sous-préfecture de balai. Comme pour dire qu’une alerte est désormais lancée aux responsables des services de sécurité.

Thierno Amadou Barry

Continue Reading

Actualité

Assainissement du marché de Labé: les plaintes des commerçants

Published

on

Certains commerçants du marché central de Labé ont des grieffes contre la commune qui ne ne respecte pas selon eux le contrat de l’assainissement qui lie les deux parties. Ils paient de l’argent disent-ils à la commune pour l’assainissement de la devanture de leurs kiosques, magasins et boutiques comme convenu avec l’autorité communale mais le travail n’est pas fait.

Depuis l’arrivée de la nouvelle équipe à la tête de la commune urbaine, la mairie dirigée par Mamadou Aliou Laly Diallo multiplie les actions pour faire de la ville de Labé un exemple à suivre mais malheureusement, la majeure partie de ces actions n’aboutissent jamais.

Récemment cette commune a pris l’initiative de mettre en place une équipe chargée d’assainir l’intérieur du marché. Certains commerçants ne sont pas satisfaits du travail fait par cette équipe. C’est le cas de Mamadou Diallo kankalabé.
« Des fois nous sommes obligés de payer des enfants 1000FG Ou 2000 FG pour balayer devant nos boutiques et pourtant nous payons la commune pour ce même boulot, les gens qu’ils nous ont envoyé ne sont pas réguliers et nous ne pouvons pas continuer à payer alors que de leur part ils ne font pas le travail».

La situation est la même pour Mamadou korka Sow qui soutient que les femmes balayeuses ne viennent pratiquement pas. « Ces femmes ne viennent pas tous les jours c’est pourquoi je suis obligé de payer quelqu’un d’autre pour faire ce travail, je lui donne des fois 1000fg. Il y’a trois jours j’ai vu un vieux ici venant de la commune mais moi je ne le connais pas en-tout-cas il n’a pas l’habitude de travailler avec moi, l’équipe communale vient le matin pour assainir mais je pense qu’elle doit attendre le soir pour le faire »

Souleymane Diallo qui s’occupe de l’assainissement du marché réfute ces accusations. Pour lui les activités d’assainissement du marché ne souffrent d’aucun problème.
Ces commerçants se plaignent-ils de l’assainissement ou bien l’augmentation des taxes ? en tout cas rien n’est clair dans cette affaire.

Alpha Oumar Fogo Baldé

Continue Reading

Actualité

Mamou: des nouveaux cas de viols signalés

Published

on

Deux nouveaux cas de viols sur mineures ont été enregistrés la semaine dernière à Mamou. Le premier à Sèrè, dans la commune urbaine, le second dans la sous-préfecture de Tolo, dans le district de soumbalako togosairai.

L’une des victimes âgée de 11 ans a été sexuellement agressée par le grand frère de son père selon le capitaine Alpha Bangoura, chef de la brigade OPROGEM/MAMOU. « D’après la réquisition du médecin, il a été avéré que les filles ont été bel et bien victimes d’agressions sexuelles. Quant aux présumés auteurs, ils sont en fuite».

Les bourreaux de ces deux filles sont activement recherchés par les services de sécurité de Mamou.

Thierno Amadou Barry

Continue Reading

CETTE SEMAINE