Connect with us

Actualité

Coronavirus en Chine : les étudiants guinéens à Wuhan, inquiets, mais rassurants !

Published

on

Depuis quelques semaines, un virus parti de la ville chinoise de Wuhan, au nord du pays, inquiète le monde entier. Son nom : coronavirus 2019-nCoV. De la Chine au Canada, en passant par l’Asie du Sud, l’Europe, l’Amérique du Sud et l’Afrique, l’inquiétude grandit et les Etats adoptent des mesures pour limiter sa propagation, voire prévenir une contamination. Dans l’Empire du Milieu, le coronavirus a déjà fait plus de  100 morts et plus de 4000 contaminations depuis son apparition fin 2019. La ville de Wuhan, l’épicentre du Coronavirus, abrite de nombreux étudiants guinéens. La rédaction de Foutanews est entrée en contact avec l’un d’entre eux, pour en savoir plus sur leurs conditions de vie pendant cette période de crise sanitaire.

Parti poursuivre ses études en Chine il y a trois ans, Abdoulaye Barry a été accueilli par l’Université de Wuhan. Il décrit la situation qui prévaut dans cette ville, désormais tristement célèbre. Selon lui, la maladie est apparue pour la première fois au mois de novembre dans un marché de la place avant d’être officiellement déclarée par le gouvernement chinois le 31 décembre dernier. « Nous sommes dans une ville où on estime la population entre 14 et 16 millions d’habitants. C’est une ville très peuplée. Aujourd’hui, ce n’est pas du tout facile. Des gens sont sortis avec le virus sans qu’ils sachent s’ils sont infectés ou pas. Nous sommes une quinzaine de Guinéens dans l’Association des étudiants stagiaires guinéens à Wuhan, mais y a d’autres compatriotes qui ne sont pas associés avec nous  dans cette association », précise-t-il.

Plus loin, l’ancien président de l’Association des étudiants stagiaires guinéens à Wuhan ajoute que l’un des facteurs de la propagation de cette maladie est dû en grande partie par le déplacement massif des habitants de la zone infectée vers d’autres lieux en Chine et à l’étranger.  Son apparition est en effet intervenue pendant la période des fêtes de fin d’année qui a coïncidé aux congés d’hivers dans la région ; et l’officialisation n’a pas été faite rapidement, facilitant ainsi sa propagation. « Pour le moment, il n’y a aucun Guinéen qui est infecté. Nous sommes ici dans des universités qui nous contrôlent, qui savent où nous sommes, qui nous contactent tous les jours et nous donnent les conseils pour des mesures d’hygiènes nécessaires », rassure-t-il.

Depuis le 23 janvier, la ville de Wuhan a été mise en quarantaine par les autorités chinoises. « Les stations de bus, les métros et les aéroports sont fermés. On ne peut plus aller dans d’autres
villes, tout est fermé. Nos universités nous ont envoyés des messages, disant à ceux qui sont dans la ville de ne pas venir, ceux qui sont dans les campus de ne pas sortir et ceux qui sont à l’extérieur du pays de ne pas revenir », explique-t-il. Selon les dernières informations, la situation s’empire de jour en jour. A chaque nouvelle mise à jour, les autorités sanitaires de la province du Hubei font état de nouveaux cas ; et cela inquiète les populations de la ville, notamment les Guinéens qui y habitent. « Nous sommes habitués à aller acheter à manger mais depuis le début de la maladie, tout le monde s’est mis à la cuisine. Tous les marchés et supermarchés sont fermés, donc la ville est devenue une cité fantôme. Personnellement, je suis sorti de chez moi hier après 6 jours de confinement pour m’enquérir de la situation de nos compatriotes vivant dans le campus. Bien que je sois étudiant de l’université, l’accès a été difficile car j’ai fait près d’une heure en train de parler avec les autorités afin de me laisser rentrer », explique Abdoulaye Barry.

D’après lui, les Guinéens résidant à Wuhan ne devraient pas s’inquiéter dans l’immédiat parce qu’ils ont pu avoir en stock une certaine quantité de poulets, de viande et de légumes. Ils espèrent que la crise prendra fin avant une éventuelle rupture du stock. C’est leur principale crainte en ce moment, indique-t-il avant de rassurer : « Nous sommes là, tout va bien pour le moment. Au sein de la communauté guinéenne, personne ne s’est plaint pour le moment. On est toujours en contact, on a surtout le soutien des autres communautés qui sont ici. On s’appelle et on s’envoie des messages régulièrement. Cela nous réconforte vraiment, car rester dans un pays loin des parents qui sont inquiets pour nous à cause de la situation qui prévaut c’est difficile. Mais par la grâce de Dieu, ça va pour le moment ». Abdoulaye Barry invite les parents guinéens qui ont des enfants à Wuhan à ne pas trop s’inquiéter.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Université de Labé : le département de l’énergie photovoltaïque accueille ses premiers étudiants

Published

on

L’université de Labé, située dans la commune rurale de Hafia, à une vingtaine de kilomètres du chef-lieu de la région, a ouvert ce samedi 13 février 2021, l’unique département des énergies renouvelables de la République de Guinée.

L’événement qui a connu la présence des autorités universitaires et administratives de Labé, a, dans un premier temps, été ponctué par une conférence  scientifique sous le thème : 4ème révolution industrielle (fabrication numérique, impression 3D, …): quelles opportunités pour l’accélération du développement de l’Afrique en général et de la Guinée en particulier ? Elle avait été animée par Dr Mohamed Chérif Sow, enseigne chercheur à l’École Nationale Supérieure des Arts et Métiers de Paris (ParisTech).

Prenant la parole, le recteur de l’université de Labé, Docteur Mamadou Dian Gongoré Diallo, a salué un projet d’avenir pour le pays et a invité les jeunes à profiter pleinement de ce nouveau département. Quant au représentant du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique, il a plaidé auprès de l’auditoire de miser sur les sciences techniques.

Mamadou Kaïraba Diallo presente la centrale solaire aux officielles

La cérémonie a pris fin par la visite guidée des installations du nouveau département par l’un des artisans de cette coopération décentralisée avec les Instituts Supérieurs de Technologie de Levi-Ponti, Mamadou Kaïraba Diallo

Avec ses trente nouveaux étudiants, ce nouveau département, premier du genre en République de Guinée, fournira au pays dans les prochaines années, des mecatroniciens qualifiés.

Continue Reading

Actualité

Résolution contre les coordinations régionales : «ce sont eux qui ont fabriqué des coordinations artificielles» (El hadj sans-loi)

Published

on

Au lendemain de l’adoption par l’Assemblée nationale de la résolution portant sur les nouvelles dispositions du fonctionnement des coordinations régionales, Elhadj Ousmane Fatako Baldé, a accusé les autorités guinéennes d’être à l’origine de cette polémique qui existe actuellement dans ces entités morales.

« Ce sont eux qui ont fabriqué des Coordinations artificielles or que pour nous les vraies coordinations, ce sont les populations qui nous ont installées. Donc je n’ai rien à dire par rapport à leur résolution. Quand ils feront la différence entre les coordinations qu’ils soutiennent et celles qu’ils tentent de déstabiliser, c’est en ce moment je vais parler », a réagi  Elhadj Ousmane Fatako Baldé, chez nos confrères de mosaiqueguinéé.com, ce jeudi 7 janvier 2021.

 

Il faut noter que dans le document présenté et approuvé par la majorité des députés, il est clairement indiqué que les coordinations régionales demeurent des autorités morales et ne doivent en aucun cas s’immiscer dans les affaires politiques notamment celles courantes de l’État.

 

Continue Reading

Actualité

Justice : le procès de Foniké Manguê enfin programmé pour le 11 janvier

Published

on

En grève de la faim depuis deux semaines environs pour protester contre la détention sans procès dont il est victime, Oumar Sylla alias Foniké Manguê, responsable en charge de la mobilisation et des antennes du FNDC, va bientôt être situé sur son sort.

D’après Me Béa, son avocat, le procès du responsable en charge de la mobilisation et des antennes du FNDC va s’ouvrir le 11 janvier au TPI de Mafanco, commune de Matam.

« Foniké Manguê sera jugé le lundi 11 janvier. J’ai rencontré madame la présidente du tribunal de Mafanco et le procureur ce jeudi », a confié maitre Béa à mosaiqueguinee.com.

Il faut rappeler que Foniké Manguê, qui a été arrêté à la veille du scrutin présidentiel du 18 octobre 2020 et détenu à la maison centrale de Conakry est poursuivis pour attroupement interdit susceptible de troubler l’ordre public.

 

Continue Reading

CETTE SEMAINE