Connect with us

Actualité

Elhadj Lamine Sangaré, président de la CEPI de Labé : « Nous ne menaçons pas d’arrêter le processus »

Published

on

A quelques semaines de la date prévue pour la tenue des élections législatives devant permettre de renouveler l’Assemblée nationale en fin de mandat depuis plus d’un an, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) fait face à des multiples crises qui ont conduit notamment au retrait du processus les commissaires issus de l’opposition alors que l’institution tient à organiser le scrutin législatif le 16 février prochain.

Après le retrait de ces commissaires, c’est au tour des démembrements d’attirer l’attention du président de l’institution Me Salifou Kébé  sur leurs conditions de travail. Il s’agit des Commissions électorales préfectorales indépendantes (CEPI), Commissions électorales sous-préfectorales indépendantes (CESPI) et Commissions électorales communales indépendantes (CECI) sur l’ensemble du territoire national. Cependant, à en croire ce qui se dit dans les couloirs de certains démembrements, on priorise le dialogue.

Selon le président de la Commission électorale préfectorale indépendante (CEPI) de Labé, Elhadj Lamine Sangaré, ils ne réclament que des meilleures conditions de travail. « Nous ne menaçons pas d’arrêter le processus et nous ne menaçons pas de nous retirer du processus », non plus dit-il.

Et d’ajouter : « Il y a dix points que nous avons énumérés dans cette lettre que nous avons adressée au président de la CENI. Il y a parmi ces points, l’obtention des engins pour nos déploiements, ensuite les primes revues à la baisse non payées à temps, le budget de fonctionnement d’ailleurs que nous n’avons jamais reçu ».

Les responsables des démembrements de la CENI donnent au président, Me Salifou Kébé, jusqu’au 15 janvier pour satisfaire leurs revendications. « Au cas où nos réclamations ne sont pas prises en compte par la CENI, nous prendrons d’autres dispositions pour rentrer en possession de nos droits », a-t-il promis.

A rappeler que les ténors de l’opposition guinéenne, à savoir Cellou Dalein Diallo de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Sidya Touré de l’Union des forces républicaines (UFR) ou encore Ousmane Kaba du PADES ont décidé de boycotter le scrutin et promis d’empêcher sa tenue à cette date.

Alpha Oumar Fogo Baldé

2 Comments

2 Comments

  1. Pingback: Des listes électorales déchirées et brûlées dans la préfecture de Labé

  2. Pingback: Labé : le président de la CEPI victime de menaces de mort

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Affaire 200 milliards : »J’ai donc décidé, moi-même, de saisir la justice » (Zenab nabaya Dramé)

Published

on

Accusée de détournement dun montant colossale de près de 200 milliards GNF, la ministre de l’Enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’Emploi menace de saisir la justice afin qu’elle soit rétablie dans ses droits.

Zenab nabaya Dramé, a fait cette annonce ce lundi 30 novembre 2020, via sa page Facebook.

« Chers concitoyens,

Je ne peux accepter d’être accusée et condamnée dans une campagne publique de dénigrement délibérée et assumée, déclenchée par un article paru sur un site d’informations. J’ai donc décidé, moi-même, de saisir la justice pour réparer certes l’énorme préjudice que j’ai subi avec les miens, mais aussi pour me rétablir dans mes droits, surtout pour préserver mon honneur, celui du gouvernement auquel j’appartiens ainsi que l’image de marque de notre pays.

Mon avocat, Me Dinah Sampil, fera les diligences nécessaires. Convaincue de mon innocence, il revient désormais à mes détracteurs d’apporter toutes les preuves des graves accusations portées contre moi, afin d’édifier la justice et l’opinion publique.

Mais, avant, je remercie tous pour le soutien et la solidarité exprimés dans l’épreuve que je traverse d’une grande injustice et cruauté gratuite. Dieu est Amour, Vérité et Justice », a posté la ministre de l’Enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’Emploi.

Foutanews 

Continue Reading

Actualité

Médias : des journalistes guinéens outillés en productions multimédias

Published

on

Au terme de 03 jours de formation, une vingtaine de journalistes venus de médias différents ont été outillés de la part de l’Association des journalistes scientifiques de Guinée-AJSG, dans le domaine des productions multimédias. La formation s’est déroulée sous le thème « Place du journalisme mobile dans les productions multimédias ».

Le président de l’association détentrice de ladite, indique que l’idée c’est d’apprendre aux journalistes comment faire à partir d’un smartphone un contenu web consommable.

« Apprendre aux journalistes les outils nécessaire à faire du contenu web consommable et pour le web et pour la télévision à travers le smartphone. Si avant on avait besoin d’une caméra pour pouvoir faire un élément, je pense que maintenant la tendance est en train de se moderniser », a déclaré Alpha Oumar Bagou Barry.

Pour sa part, Sally Balali Sow, l’un des formateurs n’a pas manqué d’’apprécier l’initiative.

« Savoir monter, filmer et diffuser en même temps sur le même support, je pense que cette transformation dans les différentes rédactions est indispensable », a-t-il indiqué.

Enfin, le président de l’AJSG, a  invité les bénéficiaires à restituer la formation au sein de leurs rédactions respectives.

« Si chacun, ce qu’il a pu maitriser, le cadrage, le montage, il restitue cela au sein de sa rédaction, on aura beaucoup plus de journalistes guinéens capable de faire avec leur smartphone un outil de travail », dira Alpha Oumar Bagou Barry.

Foutanews

Continue Reading

Actualité

Maison centrale : Malade, Etienne Soropogui transféré d’urgence à l’hôpital Ignace Deen

Published

on

Le président du Mouvement Nos Valeurs Communes, Etienne Soropogui, en détention à la maison centrale de Conakry, a été transfèré d’urgence hier soir à l’hôpital Ignace Deen, où il est hospitaliser présentement.

Selon Me Salifou Béavogui, son client soufre de complication pulmonaire, une maladie qu’il aurait contractée en prison.

«Il souffre de complications pulmonaires. Apparemment, c’est une maladie qu’il vient de contracter pendant sa période de détention à la maison centrale. Hier, il a été admis d’urgence à la cardiologie son état de santé est très très inquiétant et incompatible avec sa détention. On attend les conclusions du médecin mais en réalité son état de santé nécessite une évacuation sanitaire dans un centre beaucoup plus spécialisé même à l’extérieur. Son état de santé nécessite une évacuation sanitaire à l’étranger pour éviter le pire», a confié l’avocat.

Foutanews

Continue Reading

CETTE SEMAINE