Connect with us

Actualité

Elhadj Safioulaye Bah : « Quand on se sent impuissant, il faut garder le silence »

Published

on

Critiqué pour son silence face aux violences entre les opposants au projet d’adoption d’une nouvelle constitution et les forces de défense et de sécurité qui ont fait cinq morts, plusieurs blessés graves et des destructions de biens publics et privés dans la ville les 13, 14 et 23 janvier, le préfet de Labé sort enfin de son mutisme. S’exprimant ce samedi, Elhadj Safioulaye Bah a justifié son silence de ces dernières semaines par un sentiment d’impuissance devant les violences meurtrières qui ont secoué sa juridiction dont il est natif….
 
« J’ai une double casquette, je suis à la fois citoyen et préfet de Labé. En tant que citoyen de Labé, ce sont les miens qui sont concernés [par ces violences]. Je ne peux pas accepter qu’ils meurent, [tués]. J’ai échangé avec les forces de l’ordre et les organisateurs des différentes manifestations pour que les violences cessent. Parfois, quand on se sent impuissant, il faut garder le silence.
 
Je condamne ces exactions avec la dernière énergie. Je demande à chacun de se ressaisir. J’ai demandé au procureur de prendre les dispositions pour qu’une enquête soit ouverte, que  le médecin légiste fasse les autopsies afin qu’on sache exactement de quoi ils sont morts.
 
C’est nous qui avions demandé à l’ambulancier de partir prendre le corps à la mosquée et il est mort. Que cela se sache : il est inadmissible que des gens tombent, même s’ils ne sont pas de la même ethnie. D’ailleurs, qu’un seul Guinéen meure, c’est une perte pour la nation. Ce sont les jeunes là qui sont notre avenir. Que chacun se ressaisisse pour que la paix revienne dans notre cité et que les politiciens retournent à la table des négociations pour que cette souffrance que nous subissons s’arrête. 
 
J’ai échangé avec le gouverneur, je lui ai dit ce que je pense. Je ne peux pas vous dire ce qu’on sait dit, car parfois les médiations se font de façon discrète. J’ai expliqué ma position (…) Le rôle du préfet, c’est d’exécuter avec intelligence le rôle du gouvernement et lui remonter les volontés des collectivités à la base, maintenir la paix et aider à avoir un développement. Le rôle du préfet n’est pas politique. Un administrateur territorial qui se lance dans la politique n’est pas un administrateur. Le préfet que je suis commande aussi les police et la gendarmerie. J’ai entendu des gens dire que le préfet défend la gendarmerie. Oui, je le fais parce qu’ils n’ont nullement été accusés. Ils sont dans le rôle qui est le leur », s’est-il justifié.

2 Comments

2 Comments

  1. Pingback: Labé : les bérets rouges accusés d'exactions

  2. Pingback: Labé : le sous-préfet de Popodara « chassé » par des jeunes en colère - Foutanews

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Des organisations de défense des droits des femmes contestent l’absence de loi contre les MGF au Mali (declaration)

Published

on

ABUJA, Nigéria, 12 Avril, 2021 – Plusieurs organisations de défense des droits des femmes ont déposé conjointement une plainte devant la Cour de justice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à Abuja, au Nigéria, pour contester le fait que le Mali n’ait pas interdit les mutilations génitales féminines (MGF) en adoptant un cadre juridique et politique qui criminaliserait la pratique. À l’heure actuelle, aucune législation ne traite des MGF, laissant les femmes et les filles sans recours ni protection contre cette violation des droits humains. 

Continue Reading

Actualité

Université de Labé : le département de l’énergie photovoltaïque accueille ses premiers étudiants

Published

on

L’université de Labé, située dans la commune rurale de Hafia, à une vingtaine de kilomètres du chef-lieu de la région, a ouvert ce samedi 13 février 2021, l’unique département des énergies renouvelables de la République de Guinée.

L’événement qui a connu la présence des autorités universitaires et administratives de Labé, a, dans un premier temps, été ponctué par une conférence  scientifique sous le thème : 4ème révolution industrielle (fabrication numérique, impression 3D, …): quelles opportunités pour l’accélération du développement de l’Afrique en général et de la Guinée en particulier ? Elle avait été animée par Dr Mohamed Chérif Sow, enseigne chercheur à l’École Nationale Supérieure des Arts et Métiers de Paris (ParisTech).

Prenant la parole, le recteur de l’université de Labé, Docteur Mamadou Dian Gongoré Diallo, a salué un projet d’avenir pour le pays et a invité les jeunes à profiter pleinement de ce nouveau département. Quant au représentant du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique, il a plaidé auprès de l’auditoire de miser sur les sciences techniques.

Mamadou Kaïraba Diallo presente la centrale solaire aux officielles

La cérémonie a pris fin par la visite guidée des installations du nouveau département par l’un des artisans de cette coopération décentralisée avec les Instituts Supérieurs de Technologie de Levi-Ponti, Mamadou Kaïraba Diallo

Avec ses trente nouveaux étudiants, ce nouveau département, premier du genre en République de Guinée, fournira au pays dans les prochaines années, des mecatroniciens qualifiés.

Continue Reading

Actualité

Résolution contre les coordinations régionales : «ce sont eux qui ont fabriqué des coordinations artificielles» (El hadj sans-loi)

Published

on

Au lendemain de l’adoption par l’Assemblée nationale de la résolution portant sur les nouvelles dispositions du fonctionnement des coordinations régionales, Elhadj Ousmane Fatako Baldé, a accusé les autorités guinéennes d’être à l’origine de cette polémique qui existe actuellement dans ces entités morales.

« Ce sont eux qui ont fabriqué des Coordinations artificielles or que pour nous les vraies coordinations, ce sont les populations qui nous ont installées. Donc je n’ai rien à dire par rapport à leur résolution. Quand ils feront la différence entre les coordinations qu’ils soutiennent et celles qu’ils tentent de déstabiliser, c’est en ce moment je vais parler », a réagi  Elhadj Ousmane Fatako Baldé, chez nos confrères de mosaiqueguinéé.com, ce jeudi 7 janvier 2021.

 

Il faut noter que dans le document présenté et approuvé par la majorité des députés, il est clairement indiqué que les coordinations régionales demeurent des autorités morales et ne doivent en aucun cas s’immiscer dans les affaires politiques notamment celles courantes de l’État.

 

Continue Reading

CETTE SEMAINE