Connect with us

Actualité

Faidherbe et les Peuls (Par Tierno Monénembo)

Published

on

L’ostracisme que vivent parfois les Peuls en Afrique ne vient ni des Malinkés ni des Soussous ni des Ouolofs ni des Djermas ni des Bambaras ni des Mossis, ni des Pygmées ni des Zoulous. Il vient de Faidherbe et de Faidherbe seulement. Faidherbe avait deux raisons d’en vouloir aux Peuls. C’est El hadj Omar qui lui a résisté.

Ensuite, le premier gouverneur du Sénégal avait un rêve : faire de Timbo, l’ancienne capitale du Fouta-Djalon, la capitale, de l’AOF (l’Afrique Occidentale Française). Il s’en était confié d’ailleurs à Olivier de Sanderval lors de leur rencontre à L’Exposition Universelle, tenue à Paris en 1889. Propos que je rapporte mot pour mot dans mon roman, Le Roi de Kahel : « Eh bien, Le Fouta-Djalon, j’en fais mon affaire. Pour ce qui est de vos traités, vous pouvez compter sur moi ! Et si jamais, il se créait un Empire français d’Afrique, sa capitale serait Timbo. »

Si vous observez les cartes de cette époque, c’est effectivement Timbo et non Dakar qui est indiqué. Mais convaincus que la colonisation n’était qu’un épiphénomène provisoire et réversible, les almamis (ainsi appelait-on, les rois du Fouta-Djalon) s’y opposèrent systématiquement. Comme ils s’opposeront plus tard à ce que la ligne du chemin de fer Conakry-Kankan passe par leur capitale. Celle-ci sera déviée vers Kégnéko et Saramoussaya avant d’atteindre Dabola et Kouroussa.

Faidherbe en gardera un profond dépit. Dépit qui lui fera écrire cette directive pleine de fiel adressée à tous les administrateurs placés sous sa tutelle : « Parmi les Indigènes que nous avons eu à coloniser, il y a une ethnie qui n’acceptera jamais notre domination. Et il se trouve que cette ethnie est très répandue sur notre ère de colonisation. Il est urgent et impératif pour notre présence en Afrique de réussir à les diviser et de leur opposer les autres ethnies moins rebelles. Car le jour où les Peuls se regrouperont, ils peuvent balayer sur leur passage toutes les forces coloniales.

Nos gouverneurs doivent considérer cette action comme un devoir national. » Oui, vous avez bien lu : « les diviser et leur opposer les autres ethnies moins rebelles » ! Diviser pour régner ! Une ruse vieille comme le monde, la fameuse ruse du colon : « Malinkés, regardez ce que font les Peuls ! Peuls, regardez ce que font les Malinkés ! Soussous, regardez ce que font les Kissis !… Regardez-vous, les uns les autres ! Que personne ne regarde ce que font les Français ! » On a l’impression que cette stratégie politique mûrement réfléchie continue d’orienter la politique africaine de l’ancienne puissance coloniale.

Les Français qui par ailleurs ne tarissent pas d’éloges sur la culture et les institutions peules, s’en méfient comme de la peste dès qu’il s’agit de politique active. C’est pour barrer la route à Yâcine Diallo et à Barry Dianwâdou (les premiers députés de la Guinée Française) que dans les années cinquante, Bernard Cornu-Gentil puis Pierre Messmer avec la complicité d’Houphouët-Boigny, levèrent le lièvre Sékou Touré.

Lièvre qui leur échappera d’ailleurs très vite pour tomber dans les bras du Parti Communiste Français et donc du grand-frère soviétique avec les conséquences que l’on sait. Comment de nouveau ne pas songer à Faidherbe quand on considère les conditions rocambolesques dans lesquelles s’est déroulée l’élection présidentielle de la Guinée en 2010 ?

Arrivé en tête au premier tour avec 44 % des voix (contre 18 à son adversaire), Cellou Dalein Diallo s’est retrouvé battu au second tour alors qu’entre-temps, 5 mois se sont écoulés et que le fichier électoral a été réduit en cendres dans un incendie resté inexpliqué à ce jour.

La France garderait-elle dans ses tiroirs africains un agenda secret du type « tout sauf un Peul » ? A tort ou à raison, bon nombre de Guinéens ne sont pas loin de le penser.

Tierno Monénembo, in Le Lynx

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Ouverture des classes en Guinée : où en sommes-nous dans les préparatifs à Labé ?

Published

on

Les responsables des différents établissements scolaires publics et privés de la commune urbaine de Labé se préparent activement pour la rentrée scolaire 2020-2021 prévue le 16 novembre 2020. Dans l’agenda des responsables figure à la première loge, les dispositions pour respect des gestes barrières.

Au collège Konkola, situé en plein de la cité de karamoko Alfa Mo Labé, Amadou Tely 2 le principal soutient que « depuis le 9 novembre les préparatifs ont démarré dans son collège. Les salles de classe ont été balayées et nous avons organisé une réunion technique pour démarrer cette rentrée dans de meilleures circonstances » a-t-il fait savoir.

À l’école primaire de kouroula 1, la directrice Aïssatou Lamarana Keïta demande aux parents d’élèves de faire réinscrire leurs enfants : « Toutes les dispositions ont été prises, mais jusqu’à présent certains parents refusent de venir pour réinscrire leurs enfants » .

Continue Reading

Actualité

Published

on

Ce mardi 18 août 2020, le coup d’envoi du Brevet d’études du premier cycle (BEPC) a été lancé sur toute l’étendue du territoire national. A Labé, c’est au centre de Saint-André que la première épreuve a été lancée en présence des autorités éducatives.

Ils sont au total 3 882 candidats à affronter cet examen dans la préfecture de Labé. C’est le gouverneur Madifing Diané qui a présidé le lancement des épreuves. Dans son intervention, il s’est accentué sur la scolarisation des jeunes filles. « C’est un sentiment de satisfaction pour moi. On avait des doutes sur la tenue de ces examens suite à l’apparition du COVID 19, le constat que je fais dans une salle où j’ai été, à 100% je n’ai constaté que des filles, ça aussi c’est un motif de satisfaction », s’est-il félicité.

Ces candidats sont répartis en treize centres et deux centres sont dans les sous-préfectures de Popodara et Hafia, explique Hadja Aïssatou Djouldé, la directrice préfectorale de l’éducation à Labé. « Par rapport aux statistiques, nous avons un total de 3 882 candidats dont 2 152 filles, au niveau de la préfecture, repartie en 131 salles de classe. De l’enseignement général, nous avons 3 787 dont 2 102 filles repartis en 127 salles. Au franco-arabe, nous avons un total de 95 candidats reparties en 4 salles », a expliqué la DPE de Labé.

A rappeler qu’au départ c’était prévu 25 candidats par salle, mais finalement les responsables de l’éducation à Labé ont opté pour une répartition des candidats à 30 par salle. 

Continue Reading

Actualité

Labé : Une inspection détecte des anomalies dans la gestion de la commune urbaine

Published

on

Une mission d’inspection diligentée par le gouvernorat continue de sillonner dans toutes les communes de la région administrative de Labé. L’objectif de cette mission est d’enquêter sur la gouvernance administrative et financière des collectivités locales.

Selon le chef de cabinet du gouvernorat de labé, des défaillances ont été enregistrées au niveau de la gestion administrative dans la commune urbaine de labé. Ouremba Traoré, le chef de mission, explique que sur le 28 documents administratifs 13 ne sont pas disponibles « ces documents doivent être avec le secrétaire général de la commune, malheureusement le secrétaire a reconnu les faits et dans ces 13 documents il y a l’essentiel qu’il faut et pour que le conseil se retrouve il faut qu’on appelle la session, cette session est consignée dans un procès verbal et si ce procès verbal est absent, s’il n’existe pas ça veut dire qu’il n’y a aucune trace des activités et je me demande comment les citoyens vont être informés ».
Poursuivant le chef de cabinet précise que le bureau exécutif ne se réunit pour examiner la faisabilité des activités avant prendre un décision « l’exécutif se réunit pour examiner pour la faisabilité des décisions issues du conseil ,nous avons compris que là aussi le bureau exécutif ne tient pas les réunions de concertation pour l’application des délibérations et ce n’est pas normal. Nous avons constaté que toutes les commissions de travail ne disposent d’un plan d’action opérationnel et de registre de réunions la seule commission qui en dispose porte seulement sur un titre ,la commission finance. »

Le chef de mission tient à rappeler que selon la loi chaque commune doit tenir quatre sessions extraordinaires mais pour la commune urbaine de Labé dans l’année c’est seulement trois session qui ont eu lieu.

Concernant la tenue sessions et réunions, la procédure n’est pas respectée, et un délai a été donné aux responsables de la commune pour revenir dans le droit chemin.

Fogo Baldé

Continue Reading

CETTE SEMAINE