Connect with us

Actualité

Guinée: Répression implacable de l’opposition(HRW)

Published

on

Alors que le président de la Guinée, Alpha Condé, se prépare à prêter serment pour un troisième mandat controversé le 15 décembre, des dizaines de leaders de l’opposition, de partisans et d’autres personnes perçues comme proches de l’opposition sont emprisonnés, faisant l’objet d’accusations qui semblent être motivées par des raisons politiques.

Les jours suivant l’élection présidentielle le 18 octobre ont été entachés de violences intercommunautaires et d’une répression par les forces de sécurité usant d’une force excessive pour disperser les manifestations organisées par l’opposition, avec un bilan d’au moins 12 morts. Le 31 octobre, le procureur de la cour d’appel de Conakry, la capitale, a annoncé que 325 personnes avaient été arrêtées en lien avec les violences postélectorales.

Il semble toutefois que la vaste majorité des personnes arrêtées ont été ciblées simplement en raison de leur affiliation politique connue ou supposée, ou parce qu’elles se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment. Human Rights Watch s’est entretenu avec cinq avocats, représentant les personnes détenues, qui ont indiqué que les arrestations étaient souvent arbitraires, effectuées lors de recherches maison par maison la nuit dans des zones considérées comme des bastions de l’opposition. « Les forces de sécurité sont entrées par effraction dans des dizaines de maisons, ont fait usage d’une force excessive, ont volé des objets et ont frappé des personnes », a déclaré Me Thierno Souleymane Baldé, un des avocats.

Les personnes arrêtées, dont 11 enfants, sont détenues à la prison centrale de Conakry et accusées de différents crimes, notamment l’insurrection, la destruction de biens, ainsi que la possession illégale et la fabrication d’armes à feu. Parmi les personnes arrêtées figurent quatre dirigeants de l’Union des forces démocratiques de Guinée, le principal parti d’opposition, et le leader du mouvement Nos valeurs communes, un autre parti d’opposition. Leur procès a été ajourné le 30 novembre, et l’affaire a été renvoyée devant un autre tribunal ayant compétence sur les mineurs.

« Les autorités veulent les maintenir à distance de la scène politique afin de les empêcher de mobiliser leurs partisans et de manifester contre le troisième mandat d’Alpha Condé », a expliqué Me Pépé Antoine, un avocat spécialisé dans la défense des droits humains.

Malgré les graves atteintes aux droits humains commises par les forces de sécurité guinéennes, Human Rights Watch n’a connaissance d’aucun membre des forces de sécurité faisant l’objet de sanctions disciplinaires ou d’autres conséquences.

Le Front national pour la défense de la Constitution, une coalition d’organisations non gouvernementales et de partis d’opposition, a annoncé la tenue de nouvelles manifestations le 15 décembre, le jour où Alpha Condé prêtera serment. Au lieu d’arrêter arbitrairement des personnes, les autorités guinéennes devraient s’assurer que les forces de sécurité protègent les citoyens tout en respectant leur droit à manifester pacifiquement. Elles devraient aussi libérer les personnes injustement incarcérées, et enquêter sur les actions des forces de maintien de l’ordre.

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Résolution contre les coordinations régionales : «ce sont eux qui ont fabriqué des coordinations artificielles» (El hadj sans-loi)

Published

on

Au lendemain de l’adoption par l’Assemblée nationale de la résolution portant sur les nouvelles dispositions du fonctionnement des coordinations régionales, Elhadj Ousmane Fatako Baldé, a accusé les autorités guinéennes d’être à l’origine de cette polémique qui existe actuellement dans ces entités morales.

« Ce sont eux qui ont fabriqué des Coordinations artificielles or que pour nous les vraies coordinations, ce sont les populations qui nous ont installées. Donc je n’ai rien à dire par rapport à leur résolution. Quand ils feront la différence entre les coordinations qu’ils soutiennent et celles qu’ils tentent de déstabiliser, c’est en ce moment je vais parler », a réagi  Elhadj Ousmane Fatako Baldé, chez nos confrères de mosaiqueguinéé.com, ce jeudi 7 janvier 2021.

 

Il faut noter que dans le document présenté et approuvé par la majorité des députés, il est clairement indiqué que les coordinations régionales demeurent des autorités morales et ne doivent en aucun cas s’immiscer dans les affaires politiques notamment celles courantes de l’État.

 

Continue Reading

Actualité

Justice : le procès de Foniké Manguê enfin programmé pour le 11 janvier

Published

on

En grève de la faim depuis deux semaines environs pour protester contre la détention sans procès dont il est victime, Oumar Sylla alias Foniké Manguê, responsable en charge de la mobilisation et des antennes du FNDC, va bientôt être situé sur son sort.

D’après Me Béa, son avocat, le procès du responsable en charge de la mobilisation et des antennes du FNDC va s’ouvrir le 11 janvier au TPI de Mafanco, commune de Matam.

« Foniké Manguê sera jugé le lundi 11 janvier. J’ai rencontré madame la présidente du tribunal de Mafanco et le procureur ce jeudi », a confié maitre Béa à mosaiqueguinee.com.

Il faut rappeler que Foniké Manguê, qui a été arrêté à la veille du scrutin présidentiel du 18 octobre 2020 et détenu à la maison centrale de Conakry est poursuivis pour attroupement interdit susceptible de troubler l’ordre public.

 

Continue Reading

Actualité

Labé: le geste de KPC magnifié par le préfet

Published

on

Après avoir réceptionné la pelouse synthétique offerte par Kerfala Person Camara (KPC) hier mardi, El hadj Safioulaye Bah, préfet de, a loué les services rendus à sa jeunesse sportive par le patron du groupe Guicopress.

“C’est un sentiment de joie, de satisfaction à l’endroit de ce bienfaiteur qui, comme le recommande la religion, prend une part de sa fortune pour la donner aux autres […]. Donc il apporte la santé aux jeunes et les éloignent de la dépravation, se retrouver dans des maquis et tout. Le terrain sur lequel on jouait n’était plus conforme ce qui fait que des équipes de Labé jouaient à Conakry, une chose qui réduisait leurs chances de victoire parce que n’étant pas soutenues par leur public”, a-t-il réagi ce mercredi à mosaiqueguinee.com.

Par ailleurs, El hadj Safioulaye Bah, invite les jeunes qui sont les premiers bénéficiaires à tout mettre en œuvre pour que ce précieux cadeau soit bien entretenu.

Le conseil que nous donnons aux jeunes c’est de faire en sorte de protéger comme la prunelle de leur yeux ce bijoux, évitez la dégradation. Aux entraîneurs de leurs expliquer que c’est une pelouse synthétique donc ce ne sont pas des chaussures avec lesquels on devrait jouer sur les pelouses naturelles ou sur la terre battue qu’on utilise mais avec des chaussures particulières qu’on doit jouer déçu sinon comme c’est une moquette ça risque de la dégrader et déchirer”, a-t-il prodigué.

Enfin, au nom des autorités de la ville, le préfet s’engage à faire le nécessaire pour la bonne gestion du stade.

“Pour notre part nous ferons en sorte que le stade soit sécurisé à la satisfaction de tout le monde et espérer comme Labé est désigné comme recevant certains matchs de la coupe d’Afrique des nations 2025, que le gazon naturel soit remis à ce moment-là. Merci à M. KPC qui est le bienfaiteur et donateur de cette pelouse, que Dieu le protège et l’assiste”, dira El hadj Safioulaye Bah.

Continue Reading

CETTE SEMAINE