Connect with us

Éducation

Le mot d’ordre de grève suivi à « 90% à Labé »

Published

on

Le secrétaire général du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) dans la région de Labé, Mamadou Oury Hawa Labico, fait le bilan de la première journée de la grève générale et illimitée qui a démarré hier jeudi 9 janvier 2020.

« En tant que syndicaliste, je peux dire que la journée de ce jeudi a été satisfaisante. Si vous voyez au lycée Wouro qui est composé de 13 groupes pédagogiques, il n’y a qu’un seul qui a pu faire cours. Cela montre donc que la grève a été largement suivie. On peut dire que le mot d’ordre est observé à 90 % à Labé. Dans l’ensemble de la région que ce soit à Lelouma, Tougué, Koubia ou Mali la grève enregistre un grand succès », assure Mamadou Oury Hawa Labico.

Mamadou Saidou Diallo

2 Comments

2 Comments

  1. Pingback: 2e jour de la grève des enseignants du SLECG : nos constats sur le terrain... - foutanews

  2. Pingback: Labé : les salaires de certains enseignants ont-ils été gelés ? - Foutanews

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Published

on

Ce mardi 18 août 2020, le coup d’envoi du Brevet d’études du premier cycle (BEPC) a été lancé sur toute l’étendue du territoire national. A Labé, c’est au centre de Saint-André que la première épreuve a été lancée en présence des autorités éducatives.

Ils sont au total 3 882 candidats à affronter cet examen dans la préfecture de Labé. C’est le gouverneur Madifing Diané qui a présidé le lancement des épreuves. Dans son intervention, il s’est accentué sur la scolarisation des jeunes filles. « C’est un sentiment de satisfaction pour moi. On avait des doutes sur la tenue de ces examens suite à l’apparition du COVID 19, le constat que je fais dans une salle où j’ai été, à 100% je n’ai constaté que des filles, ça aussi c’est un motif de satisfaction », s’est-il félicité.

Ces candidats sont répartis en treize centres et deux centres sont dans les sous-préfectures de Popodara et Hafia, explique Hadja Aïssatou Djouldé, la directrice préfectorale de l’éducation à Labé. « Par rapport aux statistiques, nous avons un total de 3 882 candidats dont 2 152 filles, au niveau de la préfecture, repartie en 131 salles de classe. De l’enseignement général, nous avons 3 787 dont 2 102 filles repartis en 127 salles. Au franco-arabe, nous avons un total de 95 candidats reparties en 4 salles », a expliqué la DPE de Labé.

A rappeler qu’au départ c’était prévu 25 candidats par salle, mais finalement les responsables de l’éducation à Labé ont opté pour une répartition des candidats à 30 par salle. 

Continue Reading

Actualité

Examen d’entrée en 7e/Labé : plus de 7 000 candidats affrontent les épreuves

Published

on

L’examen d’entrée en 7e année a démarré ce mercredi 5 août 2020 sur l’ensemble du pays. Dans la préfecture de Labé, ils sont au total sept mille neuf cent vingt-six candidats. Le lancement officiel des épreuves qui a débuté par la Rédaction s’est déroulé au centre de Tata en présence du maire de la Commune Urbaine de Labé et de certains responsables locaux de l’éducation.

Selon Thierno Sadou Bah son « centre compte trois cent quarante-quatre candidats dont cent quatre-vingt-dix-sept filles qui sont repartis dans douze salles. »

Malgré les perturbations survenues au cours de l’année scolaire, l’inspecteur régional de l’éducation de Labé, Bato Donzo rassure que le département de l’enseignement pré-universitaire a pris « en compte le taux d’exécution du programme et d’ajouter que les élèves sont rassurés et se sentent à l’aise. »

Le maire de la Commune Urbaine de Labé, Mamadou Aliou Laly Diallo, s’est dit quant à lui félicité des dispositions sanitaires prises pour le bon de déroulement des examens.

Continue Reading

Éducation

A la rencontre d’Ousmane Diallo ‘’sans-loi’’, le façonnier des gros bras à Labé !

Published

on

Le sport est une activité physique dans le sens du jeu et de l’effort dont la pratique suppose un entraînement méthodique et le respect de certaines règles. Il se caractérise par plusieurs disciplines parmi lesquelles on retrouve le powerlifting. La force athlétique, ou powerlifting, est un sport de force. Elle consiste à lever des barres, mais elle s’en distingue par ses mouvements techniquement plus basiques, où les charges sont plus lourdes et l’amplitude très réduite.

Aujourd’hui, ce sport est pratiqué dans plusieurs endroits de la commune urbaine de Labé. Certains considèrent les praticiens du powerlifting comme des désorientés ou d’individus qui cherchent à tuer le temps à cause du manque d’emploi qui ronge la Guinée.

Ousmane Diallo appelé par ses intimes ‘’sans loi’’ adepte de la pratique depuis sept bonnes années s’inscrit en faux contre ce qu’il qualifie d’allégations et révèle dés au début les biens faits de son activité physique favorite : « C’est un sport qui a énormément davantage sur le corps humain notamment pour le développement des muscles, le renforcement de la force physique et tant d’autres. Il peut faire des impacts négatifs surtout au niveau des articulations et vous causer des douleurs internes si on ne le pratique pas comme ça se doit. »

« Malheureusement, se désole-t-il, les personnes qui pratiquent le powerlifting en Guinée sont considérées comme des bandits. Mais je m’inscris en faux. Le powerlifting est reconnu mondialement et il est régi par des règles comme les autres disciplines sportives. Oumane Diallo conseille aux jeunes qui veulent pratiquer le powerlifting de se trouver un maître formateur et ne jamais le faire seul ».

Avec plusieurs années d’expérience, le trentenaire a mis en place une structure pour encadrer ses jeunes talents : « Notre structure Rock Security forme des jeunes pour les grands événements qu’on organise dans la ville de Labé. Et dans le futur, il envisage d’ouvrir une salle de gym pour venir en aide aux jeunes qui sont accros au powerlifting et qui veulent participer aux tournois nationaux et internationaux. J’ai un jeune que j’ai formé ici et aujourd’hui il est capable de soulever les 190 kilos ». S’est-il félicité.

Lors de la dernière compétition de l’haltérophilie organisée dans la préfecture de Kankan, en Haute Guinée, Ousmane Diallo avait remporté la quatrième place en soulevant 182 kilogrammes. « Sans-loi » multiplie aujourd’hui les entraînements pour être le numéro de la Guinée à la prochaine compétition.

Alpha Oumar Fogo BALDÉ

Continue Reading

CETTE SEMAINE