Connect with us

Poltique

Le parti PDC change de nom : notre parti “La Nouvelle Guinée” est enregistré (Mohamed Cissé)

Published

on

L’information a été officialisée hier samedi, par le président de cette formation politique à son siège situé à la cimenterie, commune de Dubréka, devant plusieurs invités de la classe politique guinéenne dont son chef de file et bien d’autres députés de la république.

En lieu et place de Parti démocrate conservateur-PDC, cette formation politique est désormais enregistrée sous le nom de « Nouvelle Guinée” (NG).

A sa prise de parole, Mohamed Cissé, a indiqué devant l’opinion que c’est pratiquement en 2015 que sa formation politique a formulée devant les autorités gouvernementales son souhait d’exercer légalement ses activités sous le nom de “Nouvelle Guinée”(NG).

« Ce n’est qu’en Août 2020, après notre participation aux législatives sous la bannière du PDC, que nous avons reçu une notification du Ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation, nous notifiant la prise en compte de cette modification tant souhaitée. Aujourd’hui, notre parti, la Nouvelle Guinée-NG, est enregistré dans les archives de ce ministère. Pour nous, le plus important est que chaque citoyen jouisse librement de son droit et de son devoir. Pour cette Guinée, la NG promet un développement harmonieux et un partage équitable des ressources naturelles de notre pays. Alors choisissez la NG pour une Guinée et solidaire », a déclaré Mohamed Cissé, durant cette rencontre exceptionnelle de son parti.

Foutanews

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Poltique

Opinion :Dialoguer Avec Un Régime Dictatorial N’apporte Aucune Solution Durable! (Par Aliou Bah)

Published

on

Le facteur le plus déterminant dans les relations humaines, c’est la CONFIANCE qui est une résultante du caractère. Celui-ci se construit par l’éducation sociale, religieuse et académique. Il explique souvent les qualités et limites des agissements des hommes entre eux et vis-à-vis de la société. Un dictateur est défini comme étant un dirigeant illégitime dont le pouvoir est imposé à la population au mépris des règles et principes démocratiques. Ce qui signifie qu’il n’a ni parole ni conviction encore moins du respect pour la loi et le consensus. Son obsession et sa priorité demeurent son maintien au pouvoir à n’importe quel prix. Lorsqu’il décide de négocier en position de force, cela ne peut être qu’une diversion et un piège pour engloutir ses opposants les plus crédibles et représentatifs afin de consolider sa position dominante. Un dialogue politique ou social ne réussit dans l’intérêt des populations que lorsqu’il est porté par des hommes de vertus. Et on n’en trouve pas dans les rangs des acteurs et bénéficiaires d’une dictature. Généralement un tel camp est composé de profiteurs, d’arrivistes, de criminels, de troubadours et de démagogues. C’est bien connu que les personnes compétentes qui sont attachées à leur honneur, ne se mettent pas sous l’autorité de la perversion et de l’imposture. A l’évidence celui qui n’a pas respecté son serment sacré et la constitution de son pays, ne va le faire pour les résolutions d’un éventuel dialogue. Alors il faut comprendre que la main tendue d’un dictateur est à ignorer au risque qu’elle vous découpe.

Aliou BAH #MoDeL

Continue Reading

Poltique

Grève de faim de Fonikè Manguê : La coalition Tournons la page Guinée s’inquiète 

Published

on

La coalition Tournons la page Guinée (TLP), s’inquiète suite à la grève de faim entamée par Oumar Sylla alias Fonikè Manguê il y a maintenant 12 jours.
 
Code copie de la déclaration de la TLP

Continue Reading

Poltique

Dialogue politique : »L’UFDG est ouverte aux discussions sur des sujets précis » (source)

Published

on

Contrairement aux partis UFR et BL qui ont ont manifesté leur volonté de prendre à la main tendue du président Alpha Condé pour un éventuel dialogue de sorti de crise postélectorale, l’UFDG de Cellou Dalein Diallo, n’est visiblement pas de cet avis de ses pairs de l’opposition.
C’est en tout cas ce qu’a fait savoir ce lundi après-midi, la cellule de communication du principal parti de l’opposition guinéenne.
« L’UFDG n’est pas demanderesse de dialogue, certes, mais est ouverte aux discussions sur des sujets précis. Si main tendue et dialogue il y a, l’UFDG ne se sent pas concernée pour l’instant. On ne peut afficher une volonté de dialogue et au même moment tuer et arrêter les militants de l’UFDG et de l’ANAD, fermer nos sièges et bureaux, confisquer la liberté de voyager aux opposants et instaurer un véritable climat de terreur et de persécution. Il y a donc des préalables qu’il faille résoudre en amont. 
Souvenons nous qu’il y a eu quatre dialogues politiques ces dernières années assortis de recommandations fortes. Tous ces dialogues l’ont été à la demande de l’UFDG et de l’opposition politique. C’est la preuve que l’UFDG est un parti de dialogue. Mais force est de constater que ces dialogues ont tous souffert d’un manque d’application des résolutions qui y ont découlé. Il est important de rappeler que les différents dialogues politiques ont été la conséquence des violations multiples et répétées des lois de la Republique par Alpha Condé et les gouvernants. 
En substance, l’UFDG est attachée au dialogue et croit en ses vertus mais nous avons en face des personnes qui n’ont aucun sens de la parole donnée et aucun respect pour nos lois et règlements. 
À quoi bon de dialoguer avec des personnes sans scrupule qui sont capables de se renier et de nier leurs propres engagements ? 
Nous réitérons que notre volonté de dialoguer ne souffre d’aucun doute. Mais il y a des préalables à tout dialogue », indique-t-il.

Continue Reading

CETTE SEMAINE