Connect with us

Actualité

L’ONG « ADF » s’érige contre la recrudescence des viols à Labé

Published

on

Face à la montée en flèche des cas de viols dans la Commune Urbaine de Labé, l’ONG Agir pour le Droit Féminin « ADF » après avoir organisé dix-sept causeries éducatives dans quatre des vingt-huit quartiers que compte la ville de Labé, a organisé une journée de plaidoyer contre le viol le lundi 20 janvier 2020 dans la salle du CECOJE. La cérémonie a été rehaussée par la présence des autorités administratives à tous les niveaux, des leaders religieux, des ONG et associations locales ainsi que les partenaires techniques et financiers.

Tout a débuté par la présentation d’un sketch et d’un poème relatifs au viol, puis s’en sont suivis les discours. Dans son intervention, la présidente de l’ONG, Kadiatou Teliwel Diallo, après avoir peint un tableau noir des statistiques du viol a demandé l’implication de chacun pour mettre fin au crime « nous vous lançons un appel , qui au-delà de nous ADF, est un cri d’alarme mettant en exergue celui des victimes aphones. Au lieu d’être des spectateurs stériles, soyez des acteurs de changement positif de paradigme face au viol. À vous les leaders religieux, que vos voix résonnent dans les maisons de culte à travers les sermons et les homélies pour freiner l’élan du phénomène afin que DIEU, LE TOUT-PUISSANT nous couvre de sa miséricorde et de sa clémence. Aux acteurs de la prise en charge, que chacun joue sa partition pour non seulement prévenir, mais aussi réprimer ce crime. À vous autorité, que vos engagements voire vos actions ou réaction soient à la hauteur de la gravité des actes commis. Que l’espoir des lendemains meilleurs renaisse en inscrivant une épitaphe « plus jamais ça » sur la tombe du viol. Que la justice se meuve pour davantage redorer son blason. » Plaide-t-elle.

Pour le représentant de la GIZ, Docteur Souleymane Diallo « la violence à l’égard des femmes et des filles est l’une des violations des droits fondamentaux les plus fréquentes dans le monde avec des conséquences graves sur la santé sexuelle et reproductive. L’impunité dont jouissent les agresseurs est favorisée par nos coutumes et la faible application de nos textes en vigueur. » Regrette-t-il.

Représentant le préfet de Labé à ladite rencontre, Lancinet Sangaré est revenu sur les statistiques des viols.  Et « parmi les 32 cas qui ont été enregistrés au niveau de l’action sociale de la préfecture de Labé, il y avait des enfants de 2 ans, de 3 ans de 4 ans de 7 ans jusqu’à 1 1 ans au maximum. C’est pourquoi nous remercions cette ONG qui s’est lancée dans le combat contre ces malfaiteurs. »

Le projet « Agir peut Faire Changer contre le viol » financé par la GIZ a été exécuté dans quatre quartiers de la commune urbaine à savoir Pounthioun, Tata1, Konkola et Daka1. Les causeries éducatives réalisées dans ces quartiers, ont touché soixante parents, cent trente-cinq jeunes et soixante leaders.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Des organisations de défense des droits des femmes contestent l’absence de loi contre les MGF au Mali (declaration)

Published

on

ABUJA, Nigéria, 12 Avril, 2021 – Plusieurs organisations de défense des droits des femmes ont déposé conjointement une plainte devant la Cour de justice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à Abuja, au Nigéria, pour contester le fait que le Mali n’ait pas interdit les mutilations génitales féminines (MGF) en adoptant un cadre juridique et politique qui criminaliserait la pratique. À l’heure actuelle, aucune législation ne traite des MGF, laissant les femmes et les filles sans recours ni protection contre cette violation des droits humains. 

Continue Reading

Actualité

Université de Labé : le département de l’énergie photovoltaïque accueille ses premiers étudiants

Published

on

L’université de Labé, située dans la commune rurale de Hafia, à une vingtaine de kilomètres du chef-lieu de la région, a ouvert ce samedi 13 février 2021, l’unique département des énergies renouvelables de la République de Guinée.

L’événement qui a connu la présence des autorités universitaires et administratives de Labé, a, dans un premier temps, été ponctué par une conférence  scientifique sous le thème : 4ème révolution industrielle (fabrication numérique, impression 3D, …): quelles opportunités pour l’accélération du développement de l’Afrique en général et de la Guinée en particulier ? Elle avait été animée par Dr Mohamed Chérif Sow, enseigne chercheur à l’École Nationale Supérieure des Arts et Métiers de Paris (ParisTech).

Prenant la parole, le recteur de l’université de Labé, Docteur Mamadou Dian Gongoré Diallo, a salué un projet d’avenir pour le pays et a invité les jeunes à profiter pleinement de ce nouveau département. Quant au représentant du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique, il a plaidé auprès de l’auditoire de miser sur les sciences techniques.

Mamadou Kaïraba Diallo presente la centrale solaire aux officielles

La cérémonie a pris fin par la visite guidée des installations du nouveau département par l’un des artisans de cette coopération décentralisée avec les Instituts Supérieurs de Technologie de Levi-Ponti, Mamadou Kaïraba Diallo

Avec ses trente nouveaux étudiants, ce nouveau département, premier du genre en République de Guinée, fournira au pays dans les prochaines années, des mecatroniciens qualifiés.

Continue Reading

Actualité

Résolution contre les coordinations régionales : «ce sont eux qui ont fabriqué des coordinations artificielles» (El hadj sans-loi)

Published

on

Au lendemain de l’adoption par l’Assemblée nationale de la résolution portant sur les nouvelles dispositions du fonctionnement des coordinations régionales, Elhadj Ousmane Fatako Baldé, a accusé les autorités guinéennes d’être à l’origine de cette polémique qui existe actuellement dans ces entités morales.

« Ce sont eux qui ont fabriqué des Coordinations artificielles or que pour nous les vraies coordinations, ce sont les populations qui nous ont installées. Donc je n’ai rien à dire par rapport à leur résolution. Quand ils feront la différence entre les coordinations qu’ils soutiennent et celles qu’ils tentent de déstabiliser, c’est en ce moment je vais parler », a réagi  Elhadj Ousmane Fatako Baldé, chez nos confrères de mosaiqueguinéé.com, ce jeudi 7 janvier 2021.

 

Il faut noter que dans le document présenté et approuvé par la majorité des députés, il est clairement indiqué que les coordinations régionales demeurent des autorités morales et ne doivent en aucun cas s’immiscer dans les affaires politiques notamment celles courantes de l’État.

 

Continue Reading

CETTE SEMAINE