Connect with us

Actualité

Préservation de la paix en Guinée : les vérités crues des sages du Fouta-Djallon aux émissaires du président Alpha Condé

Published

on

Alpha Condé l’avait annoncé la semaine dernière. C’est désormais chose faite. Le chef de l’État guinéen a délégué plusieurs de ses ministres au Fouta-Djallon, pour rencontrer les sages de la région, après les violents heurts entre les partisans du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) et les forces de défense de sécurité qui ont fait cinq morts dans les rangs des opposants au projet de changement constitutionnel et d’importants dégâts matériels.

Cette délégation qui se rend dans les préfectures du Fouta-Djallon est composée des ministres de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, Boureima Condé, de l’Hôtellerie et du Tourisme, Thierno Ousmane Diallo, de la Jeunesse et de l’Emploi jeune, Mouctar Diallo, de la Citoyenneté et de l’Unité nationale, Mamadou Taran Diallo, et du Secrétaire général aux Affaires religieuses, Aly Djamal Bangoura. Objectif, nous dit-on, rencontrer les sages afin de trouver une solution sur les différentes crises qui touchent la région du Fouta-Djallon, d’où sont originaires la quasi-totalité des près de 150 manifestants tués par les forces de défense et de sécurité depuis 2011, marquées par les violences meurtrières de janvier dernier.

Mais entre le régime d’Alpha Condé et les Guinéens du Fouta-Djallon, la langue de bois semble être révolue. Aux émissaires du président guinéen, les sages de la région n’ont pas caché leur colère contre les répressions que le régime de Conakry exercent sur leurs fils.

A Mamou, la première étape de la tournée gouvernementale, le porte-parole des sages a transmis le message de ses pairs en des termes limpides. « Tout le monde est préoccupé par la situation qui prévaut en Guinée, mais le Fouta l’est encore plus. Parce que le président de la République a carrément indexé la région du Fouta-Djallon comme étant celle qui ne veut pas aller avec les trois autres » régions du pays, a rappelé ce mardi 4 février Elhadj Kolon Barry, dans des propos rapportés par Guinéematin.com, avant de les inviter à dire la vérité au chef de l’Etat. « Vous êtes des émissaires du chef de l’Etat, pardon dites-lui la vérité. Dites lui la vérité même s’il va vous limoger. Il va peut-être vous limoger quand vous lui aurez dit la vérité, mais après il se rendra compte quand-même que vous lui avez dit la vérité. On dit que le chef peut accumuler des péchés, mais son entourage en accumule beaucoup plus, surtout lorsque ceux qui constituent cet entourage refusent de dire la vérité au chef ».

Après Mamou, Dalaba et Pita, les ministres-missionnaires ont fait cap sur Labé, la capitale du Fouta-Djallon, pour transmettre le message du président de la République, très critiqué pour ses actions répressives envers les Peuls que son régime considère comme ses plus farouches opposants.

Dans son discours, Elhadj Ibrahima Caba Bah, l’un des sages les plus respectés du Foutah-Djallon, a demandé à ses hôtes à ce que cesse le sentiment anti-peul en Guinée. « Nous connaissons les déclarations publiques faîtes par certains membres du gouvernement concernant les Peuls. Il revient au gouvernement de veiller à ce que le sentiment anti-peul soit ôté des esprits des Guinéens. Il y a des gens qui disent que les Peuls ont les pouvoirs économique et culturel, donc par conséquent il ne faut pas qu’ils aient le pouvoir politique. Cela a été dit publiquement et aucun membre du gouvernement n’a réagi [pour condamner ces propos]. Il y a un gouverneur qui est venu ici nous dire qu’à Conakry quand on compte dix maisons de haut standing, les neuf appartiennent à des Peuls. Ce n’est pas parce qu’ils sont des Peuls qu’ils ont des belles maisons, des richesses. C’est parce que Dieu a élargi leurs chances », a-t-il expliqué aux émissaires du président Alpha Condé.

Pour le doyen Caba Bah, les autorités guinéennes doivent mettre fin aux idées selon lesquelles les Peuls sont des étrangers en Guinée. « Il faut que le gouvernement trouve les moyens pour extirper des têtes de ceux qui le pensent que les Peuls sont des étrangers en Guinée. Quand quelqu’un se lève ici pour nous dire que nous, nous sommes des Éthiopiens… Peut être que nos ancêtres sont venus de l’Éthiopie, mais nous, nous sommes des Foulbhès Foutah (Peuls du Fouta-Djallon, NDLR). Il faut qu’on inculque cela à tous les Guinéens et à tous les Africains », a-t-il insisté.

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Le premier imam de Labé dément la version du gouverneur au sujet de la mort de l’ambulancier

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Affaire 200 milliards : »J’ai donc décidé, moi-même, de saisir la justice » (Zenab nabaya Dramé)

Published

on

Accusée de détournement dun montant colossale de près de 200 milliards GNF, la ministre de l’Enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’Emploi menace de saisir la justice afin qu’elle soit rétablie dans ses droits.

Zenab nabaya Dramé, a fait cette annonce ce lundi 30 novembre 2020, via sa page Facebook.

« Chers concitoyens,

Je ne peux accepter d’être accusée et condamnée dans une campagne publique de dénigrement délibérée et assumée, déclenchée par un article paru sur un site d’informations. J’ai donc décidé, moi-même, de saisir la justice pour réparer certes l’énorme préjudice que j’ai subi avec les miens, mais aussi pour me rétablir dans mes droits, surtout pour préserver mon honneur, celui du gouvernement auquel j’appartiens ainsi que l’image de marque de notre pays.

Mon avocat, Me Dinah Sampil, fera les diligences nécessaires. Convaincue de mon innocence, il revient désormais à mes détracteurs d’apporter toutes les preuves des graves accusations portées contre moi, afin d’édifier la justice et l’opinion publique.

Mais, avant, je remercie tous pour le soutien et la solidarité exprimés dans l’épreuve que je traverse d’une grande injustice et cruauté gratuite. Dieu est Amour, Vérité et Justice », a posté la ministre de l’Enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’Emploi.

Foutanews 

Continue Reading

Actualité

Médias : des journalistes guinéens outillés en productions multimédias

Published

on

Au terme de 03 jours de formation, une vingtaine de journalistes venus de médias différents ont été outillés de la part de l’Association des journalistes scientifiques de Guinée-AJSG, dans le domaine des productions multimédias. La formation s’est déroulée sous le thème « Place du journalisme mobile dans les productions multimédias ».

Le président de l’association détentrice de ladite, indique que l’idée c’est d’apprendre aux journalistes comment faire à partir d’un smartphone un contenu web consommable.

« Apprendre aux journalistes les outils nécessaire à faire du contenu web consommable et pour le web et pour la télévision à travers le smartphone. Si avant on avait besoin d’une caméra pour pouvoir faire un élément, je pense que maintenant la tendance est en train de se moderniser », a déclaré Alpha Oumar Bagou Barry.

Pour sa part, Sally Balali Sow, l’un des formateurs n’a pas manqué d’’apprécier l’initiative.

« Savoir monter, filmer et diffuser en même temps sur le même support, je pense que cette transformation dans les différentes rédactions est indispensable », a-t-il indiqué.

Enfin, le président de l’AJSG, a  invité les bénéficiaires à restituer la formation au sein de leurs rédactions respectives.

« Si chacun, ce qu’il a pu maitriser, le cadrage, le montage, il restitue cela au sein de sa rédaction, on aura beaucoup plus de journalistes guinéens capable de faire avec leur smartphone un outil de travail », dira Alpha Oumar Bagou Barry.

Foutanews

Continue Reading

Actualité

Maison centrale : Malade, Etienne Soropogui transféré d’urgence à l’hôpital Ignace Deen

Published

on

Le président du Mouvement Nos Valeurs Communes, Etienne Soropogui, en détention à la maison centrale de Conakry, a été transfèré d’urgence hier soir à l’hôpital Ignace Deen, où il est hospitaliser présentement.

Selon Me Salifou Béavogui, son client soufre de complication pulmonaire, une maladie qu’il aurait contractée en prison.

«Il souffre de complications pulmonaires. Apparemment, c’est une maladie qu’il vient de contracter pendant sa période de détention à la maison centrale. Hier, il a été admis d’urgence à la cardiologie son état de santé est très très inquiétant et incompatible avec sa détention. On attend les conclusions du médecin mais en réalité son état de santé nécessite une évacuation sanitaire dans un centre beaucoup plus spécialisé même à l’extérieur. Son état de santé nécessite une évacuation sanitaire à l’étranger pour éviter le pire», a confié l’avocat.

Foutanews

Continue Reading

CETTE SEMAINE