Connect with us

Actualité

Témoignage : « C’est en essayant de fuir qu’ils ont tiré sur sa tête »

Published

on

Entre lundi et mardi, deux jeunes ont été tués dans les heurts qui ont opposés des militants  du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) aux forces de défense et de sécurité déployées en grand nombre dans la ville de Labé. La première victime est un jeune homme âgé d’une vingtaine d’années dont l’identité reste inconnue, tué lundi 13  janvier, le premier jour de la résistance citoyenne active et permanente lancée par le mouvement qui s’oppose au projet d’adoption d’une nouvelle Constitution en Guinée. Le lendemain, c’est un autre jeune qui a succombé de sa blessure par balle, atteint en pleine tête. Il s’appelait Alpha Souleymane, maçon de profession. Il était originaire de la sous-préfecture de Noussy et résidait au quartier Doghol, à l’est de la ville de Labé.

Sur les circonstances de sa mort, un de ses amis présent au moment des faits explique : « C’est devant nous qu’ils ont tiré sur lui. Nous étions devant l’hôpital régional où il y avait des accrochages entre les jeunes manifestants et les forces de l’ordre. Un pick-up de gendarmes en provenance de Sassé est venu nous surprendre là où nous étions. Directement, les enfants nous on dit de courir. C’est en essayant de fuir qu’ils ont tiré sur sa tête. Ils étaient tout près de sa tête. La balle est rentrée par son front et sortie par derrière. Nous l’avons pris pour le transporter à l’hôpital pour les soins, mais il était déjà mort ».

Selon ce témoin, un autre jeune a reçu une balle à la joue au même moment, mais il n’en est pas mort. Il a été admis dans la salle de réanimation de l’hôpital régional. Les violences qui ont secoué la ville ces deux jours ont faits plusieurs blessés et entraîné la destruction de biens publics et privés. Le bâtiment abritant le Tribunal de première instance a été attaqué lundi et le bureau du procureur incendié.

Les manifestants et les autorités locales se rejettent mutuellement la responsabilité dans ces violences. Certains citoyens doutent que les actes de vandalisme contre les édifices publics enregistrés ces derniers jours dans la ville ne s’inscrivent dans une stratégie mûrement élaborée au plus haut sommet de l’Etat guinéen visant à justifier à moyen terme la militarisation de la région.

A lire aussi :  L’incompréhensible silence du préfet de Labé face aux violences qui secouent la ville

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Labé : Cellou Baldé condamne les violences qui ont endeuillé la ville

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Université de Labé : le département de l’énergie photovoltaïque accueille ses premiers étudiants

Published

on

L’université de Labé, située dans la commune rurale de Hafia, à une vingtaine de kilomètres du chef-lieu de la région, a ouvert ce samedi 13 février 2021, l’unique département des énergies renouvelables de la République de Guinée.

L’événement qui a connu la présence des autorités universitaires et administratives de Labé, a, dans un premier temps, été ponctué par une conférence  scientifique sous le thème : 4ème révolution industrielle (fabrication numérique, impression 3D, …): quelles opportunités pour l’accélération du développement de l’Afrique en général et de la Guinée en particulier ? Elle avait été animée par Dr Mohamed Chérif Sow, enseigne chercheur à l’École Nationale Supérieure des Arts et Métiers de Paris (ParisTech).

Prenant la parole, le recteur de l’université de Labé, Docteur Mamadou Dian Gongoré Diallo, a salué un projet d’avenir pour le pays et a invité les jeunes à profiter pleinement de ce nouveau département. Quant au représentant du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique, il a plaidé auprès de l’auditoire de miser sur les sciences techniques.

Mamadou Kaïraba Diallo presente la centrale solaire aux officielles

La cérémonie a pris fin par la visite guidée des installations du nouveau département par l’un des artisans de cette coopération décentralisée avec les Instituts Supérieurs de Technologie de Levi-Ponti, Mamadou Kaïraba Diallo

Avec ses trente nouveaux étudiants, ce nouveau département, premier du genre en République de Guinée, fournira au pays dans les prochaines années, des mecatroniciens qualifiés.

Continue Reading

Actualité

Résolution contre les coordinations régionales : «ce sont eux qui ont fabriqué des coordinations artificielles» (El hadj sans-loi)

Published

on

Au lendemain de l’adoption par l’Assemblée nationale de la résolution portant sur les nouvelles dispositions du fonctionnement des coordinations régionales, Elhadj Ousmane Fatako Baldé, a accusé les autorités guinéennes d’être à l’origine de cette polémique qui existe actuellement dans ces entités morales.

« Ce sont eux qui ont fabriqué des Coordinations artificielles or que pour nous les vraies coordinations, ce sont les populations qui nous ont installées. Donc je n’ai rien à dire par rapport à leur résolution. Quand ils feront la différence entre les coordinations qu’ils soutiennent et celles qu’ils tentent de déstabiliser, c’est en ce moment je vais parler », a réagi  Elhadj Ousmane Fatako Baldé, chez nos confrères de mosaiqueguinéé.com, ce jeudi 7 janvier 2021.

 

Il faut noter que dans le document présenté et approuvé par la majorité des députés, il est clairement indiqué que les coordinations régionales demeurent des autorités morales et ne doivent en aucun cas s’immiscer dans les affaires politiques notamment celles courantes de l’État.

 

Continue Reading

Actualité

Justice : le procès de Foniké Manguê enfin programmé pour le 11 janvier

Published

on

En grève de la faim depuis deux semaines environs pour protester contre la détention sans procès dont il est victime, Oumar Sylla alias Foniké Manguê, responsable en charge de la mobilisation et des antennes du FNDC, va bientôt être situé sur son sort.

D’après Me Béa, son avocat, le procès du responsable en charge de la mobilisation et des antennes du FNDC va s’ouvrir le 11 janvier au TPI de Mafanco, commune de Matam.

« Foniké Manguê sera jugé le lundi 11 janvier. J’ai rencontré madame la présidente du tribunal de Mafanco et le procureur ce jeudi », a confié maitre Béa à mosaiqueguinee.com.

Il faut rappeler que Foniké Manguê, qui a été arrêté à la veille du scrutin présidentiel du 18 octobre 2020 et détenu à la maison centrale de Conakry est poursuivis pour attroupement interdit susceptible de troubler l’ordre public.

 

Continue Reading

CETTE SEMAINE