Connect with us

Discours

Voeux de nouvel an : voici le discours du président Alpha Condé

Published

on

Nouvel An Mes vœux à la Nation et aux

Guinéens…

Guinéennes, Guinéens,

Mes chers compatriotes de la Guinée et de la diaspora

 

Au seuil de l’année 2021, je voudrais remercier chacun d’entre vous, pour l’effort collectif que nous avons entrepris ensemble, au cours de cette année 2020 qui a éprouvé le monde et bouleversé nos vies et qui nous a permis de franchir le cap de l’année 2020.

A l’instar de tous les pays, la Guinée a été durant cette année 2020, confrontée à une pandémie qui a causé des pertes en vies humaines, ralenti certaines de nos activités économiques et réduit notre espace de mobilité sociale. Face à cette situation, je voudrais saluer la résilience guinéenne, devant le fléau du coronavirus. Il faut se réjouir que le taux de mortalité en Guinée soit parmi les plus faibles au monde. Nous avons aussi achevé l’année 2020 par la mobilisation de moyens considérables et de nombreux sacrifices acceptés pour briser la chaîne de contamination pour que le taux de guérison soit en hausse constante.

 

Dès le 13 mars 2020, la Guinée a pris des mesures urgentes pour contenir la propagation du coronavirus, en instaurant des règles basées sur : le suivi automatique de voyageurs provenant de pays à risque, l’interdiction dans la capitale de rassemblement de masse, la fermeture des frontières terrestres et maritimes, le port obligatoire du masque et l’instauration du couvre-feu, ainsi que la limitation du nombre de passagers dans les taxis et voitures individuelles.
Notre pays a installé des infrastructures sanitaires appropriées, pour faire face à la pandémie avec la création de 38 centres de traitement épidémiologiques, 8 équipes régionales, 33 équipes préfectorales d’alertes et de réponses et de 33 centres d’opérations d’urgence. Avec aussi, la construction, la réhabilitation, l’extension, l’équipement des infrastructures sanitaires à l’intérieur du pays et à Conakry. En plus de l’hôpital Donka, il y a celui de Matam équipé de 500 lits. Un autre hôpital à Gbéssia qui peut accueillir jusqu’à 300 personnes. Ainsi que sur des lieux spécialement aménagés qui peuvent contenir jusqu’à 300 à 400 personnes.

 

Guinéennes et Guinéens, mes chers compatriotes

 

Pour riposter aux conséquences de la pandémie, le gouvernement a prévu un budget de 563 milliards de francs guinéens qui s’est traduit entre avril et juin 2020 par : la prise en charge intégrale par l’État des factures, pour les abonnés au tarif social de l’électricité et de l’eau. Et pour les autres consommateurs, par : un report des échéances de paiement des factures d’eau et d’électricité, pour la même période, avec la mise en place de facilités de paiement. Le gel des prix des produits de santé et de première nécessité et le blocage des loyers sur les bâtiments publics pour la période d’avril à décembre 2020 ont également été décidés.

Pour les entreprises, dans le même espace de temps, par un report temporaire de l’ensemble des charges fiscales et sociales des entreprises du secteur du tourisme et de l’hôtellerie, y compris les contributions de sécurité sociale. Ainsi qu’un report des factures d’eau et d’électricité pour les avances des entreprises du tourisme et de l’hôtellerie, la renonciation à la Tva sur les factures d’eau et d’électricité. Une exonération de droits et taxes sur les équipements de santé et produits assimilés, le report du paiement des impôts, taxes et versements assimilés à l’État, la réduction des délais de remboursement des crédits de Tva. La suspension de la facturation de la surestarie portuaire, le règlement progressif de la dette intérieure de l’État, la mise en place d’un fonds spécifique pour les groupements d’intérêt économique, pour les aider à mieux absorber le choc économique et accompagner leur formalisation. La Guinée a adopté un plan de riposte de 350 milliards de francs guinéens. Car, selon les prévisions du ministère du Budget, les conséquences de la Covid-19 pourraient se traduire par une baisse atteignant 0,7% du PIB en 2020. Et enfin, la Guinée s’engage dans la création d’un Fonds de riposte Covid-19, pour un montant de plus de 2.500 milliards de francs guinéens. Plus que jamais nous devons continuer à respecter les gestes barrières et toutes les règles sanitaires prescrites, en attendant l’accès de tous les pays du monde à un vaccin qui pourrait définitivement vaincre la maladie.

 

En dépit de tout cela, nous avons pu organiser trois élections, sans le moindre concours financier extérieur. Ce qui est une expression éloquente de notre souveraineté et de notre indépendance nationales. Plus que jamais, notre destin est entre nos mains.
Nous avons pu conclure, la cinquième et sixième revue de notre programme avec le Fonds monétaire international. Je suis heureux de constater avec vous, qu’aucune des prévisions catastrophistes véhiculées contre notre pays par les esprits mal intentionnés, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur pour nous déstabiliser ne se sont réalisées, grâce au sens de l’intérêt national, du patriotisme qui caractérise notre nation.

 

Guinéennes, Guinéens, mes chers compatriotes

 

Dans cette nouvelle année 2021 qui s’ouvre, l’accent sera mis sur la création de richesses nationales par la concrétisation des projets mis en route sur le partage des ressources pour une Guinée encore meilleure pour ses filles et fils. L’amélioration de la vie quotidienne va concerner l’accroissement de la fourniture d’eau et d’électricité. Après le barrage de Kaleta (240 mgw), cette année verra le démarrage du barrage de Souapiti (450 mgw) et dans la foulée, celui d’Amaria (300 mgw), Foomi et Kogbedou en Haute Guinée, Keno, Zegbela et Lokua en Guinée forestière et Koukoutamba au Foutah.
Sans compter les barrages régionaux prévus dans notre plan énergétique. Pour aider le développement de l’intérieur du pays, 15% des recettes minières ont été affectés aux collectivités locales, par l’Agence nationale de financement des collectivités (Anafic) dont les moyens de fonctionnement devraient atteindre la somme de 700 milliards de francs guinéens les cinq prochaines années. Le pays s’engage à décentraliser le partage des richesses avec un fonds qui va offrir plus de 125 milliards de francs guinéens par an aux régions minières. Nous devons continuer d’œuvrer pour réduire la pauvreté, avec le projet d’inclusion économique financière et sociale nécessaire pour lutter contre la pauvreté, financé à 70 millions de dollars par la Banque mondiale. Pour l’autonomisation des femmes, un budget de 25 milliards de francs guinéens a déjà été réuni pour le renforcement des capacités dans la création et le développement des activités génératrices d’emplois. Un autre fonds de 150 milliards de francs guinéens sera investi pour le renforcement de la parité. Tandis que 300 milliards supplémentaires iront au financement des activités de la jeunesse, la formation, l’accès au numérique et à la technologie.

 

Nos priorités seront la construction des routes, l’amélioration de la fourniture d’eau. Nous allons accélérer la construction des routes dans les quatre régions ainsi que les pistes rurales. Nous allons renforcer notre agrobusiness à travers les chaînes de valeurs. Cela, non seulement pour assurer l’autosuffisance alimentaire, mais aussi la transformation sur place, de la plupart de nos produits. La création d’entreprises par les jeunes et les femmes sera aussi au cœur de notre politique afin d’améliorer le panier de la ménagère, c’est-à-dire le social.

 

Enfin et surtout gouverner autrement en luttant contre la corruption, le clientélisme, le copinage. Instaurer le respect de l’Etat et des institutions. Nous allons récupérer tous les terrains illégalement vendus ou occupés, ainsi que les bâtiments du contentieux franco-guinéen abusivement et illégalement occupés.
J’envisage très bientôt d’organiser une conférence de presse pour expliquer et faire comprendre à tous, le «gouverner autrement ». Les spéculations dans la cité et les manœuvres de toutes sortes de prétendus faiseurs de roi et influenceurs du microcosme n’inspirent pas mes décisions et me laissent indifférents.

 

Je n’ai pas été élu pour servir la cause d’une élite, mais pour répondre aux aspirations légitime du peuple de Guinée qui se résument à une gouvernance plus équitable, judicieuse et vertueuse à savoir : la justice sociale, l’égalité des chances, la culture du mérite et de l’excellence. Pour la réalisation de cette ambition que nous partageons, je suis prêt à travailler avec tous les Guinéens de bonne volonté et animés de bonnes intentions pour la Guinée et les Guinéens.

 

Guinéennes, Guinéens, mes chers compatriotes

En ce début d’année 2021, nos pensées se tournent vers nos forces de défense et de sécurité. Les Guinéens peuvent aujourd’hui être fiers de leurs Forces de défense et de sécurité, notre armée nationale réformée sur une base de modernité et d’esprit républicain. Une armée qui défend aujourd’hui nos valeurs sur les champs de bataille pour la paix sur le continent, comme en témoigne encore la présence de nos 650 soldats engagés dans le maintien de la paix au Mali, notre pays frère.

Nos pensées se tournent vers l’Afrique et notre région touchée par la pandémie du coronavirus qui s’ajoute aux menaces contre la paix et la sécurité. Notre devoir aujourd’hui est de circonscrire les périls dus à la guerre, au terrorisme et au fondamentalisme religieux. Car nous avons besoin de paix pour asseoir notre développement et offrir un meilleur espoir à la jeunesse pour qu’elle ait confiance en l’Afrique.
En cette fin d’année, la tradition impose de rendre hommage à nos anciens, aux populations les plus démunies, à toutes les couches sociales atteintes par le coronavirus et à ceux qui le combattent. Notamment le personnel soignant. Nos pensées vont vers nos compatriotes vivant à l’étranger qui doivent être des acteurs impliqués dans notre processus de développement.
Nos pensées vont aussi à nos frères africains présents sur notre territoire national, dans une Guinée qui honore le panafricanisme et l’intégration africaine.

 

Au nom de notre idéal commun, je souhaite une bonne fête de fin d’année à chacun d’entre vous et à vos familles. J’adresse mes vœux de bonne santé, de paix et de prospérité à tous. Plus que jamais, la Guinée, notre maison commune, a besoin de l’engagement de chacune et chacun d’entre vous. Pour bâtir ensemble, un avenir de paix, d’unité et de prospérité.

 

Vive la République de Guinée, libre, prospère et fraternelle!

Que Dieu bénisse notre pays

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Discours

Vœux de nouvel an : »La Guinée ne peut plus continuer à vivre dans un état de chaos perpétuel »(Bloc Libéral)

Published

on

Guinéens et guinéennes,
Chers compatriotes,
L’an 2020 s’en est allé et nous voici déjà dans la nouvelle année 2021. Permettez-moi encore une fois de plus, au nom du Bloc LIBÉRAL, de vous souhaiter, à vous personnellement, et à vos familles respectives, mes meilleurs vœux pour l’année 2021. Que Dieu nous accorde à toutes et à tous la santé, la longévité, la paix ainsi que la joie de vivre ensemble. 
En effet, 2020 a été l’une des années les plus difficiles dans l’histoire de l’humanité. Elle fut une année profondément marquée par la pandémie de la COVID-19, apparue en décembre 2019. En 2020, c’est le fonctionnement normal du monde qui a été totalement bouleversé ainsi que nos habitudes et nos comportements. À cela s’est ajouté le quasi arrêt des activités économiques, notamment des commerces, des industries, le transport international. L’arrêt des activités économiques a causé de nombreuses pertes d’emplois dans notre pays qui, déjà, avait un taux très élevé de chômage, surtout des jeunes. 
Avec près de 84 millions de cas détectés, environ 2 millions de décès et des centaines de milliers de personnes hospitalisées chaque jour à travers le monde; la pandémie de la COVID-19 aura affecté, et continue d’affecter, de nombreuses familles en Guinée et ailleurs. 
La COVID-19 nous a appris les limites de notre monde, mais aussi et surtout les faiblesses de nos institutions et de nos systèmes de gouvernance, particulièrement en Guinée. Le monde après COVID-19 ne sera plus comme avant et c’est pourquoi la Guinée doit se réinventer.
Chers compatriotes 
Si le contexte socio-économique international fut singulièrement  lourd en 2020, notre pays, la Guinée, en a connu bien plus. À la crise sanitaire s’est ajoutée une véritable crise politique, à travers des scrutins controversés, non inclusifs et entachés de violences meurtrières et de pertes matérielles importantes. 
De nombreux guinéens en ont souffert et souffrent encore de cette crise politique accentuée avec l’élection présidentielle du 18 octobre 2020, qui a exacerbé les tensions ethniques et régionales au point de conduire la Guinée aux abords d’une guerre civile évitée de justesse. 
Il est temps de nous arrêter et de faire une introspection sans complaisance et avoir le courage de reconnaître que cette crise résulte des mauvais choix et de mauvaises décisions du gouvernement et de la classe politique toute entière. Car, si certains d’entre nous ont donné un coup de pouce au régime dans ses dérives en participant aux consultations menées par la primature et aux élections du 22 mars, d’autres ont adoubé consciemment le 3e mandat d’Alpha Condé en  se prêtant élégamment au jeu du pouvoir dans l’échéance du 18 octobre, dont l’issue était connue de tous les acteurs. 
Malheureusement, ces mauvais calculs politiques se sont soldés par plusieurs morts, des centaines de blessés, la destruction d’importants biens publics et privés. Sans compter les innombrables arrestations et emprisonnements d’innocents citoyens et de leaders politiques et d’opinion. Bref, ça peut être à la fois choquant et pathétique, mais admettons de toute évidence, qu’en Guinée l’opposition et la mouvance ont échoué jusque-là à faire de la Guinée un modèle de démocratie. 
Je voudrais profiter de cette occasion pour m’incliner devant la mémoire de tous nos compatriotes disparus en 2020, soit suite à la pandémie de la COVID-19 ou en raison du combat politique pour l’émancipation effective de notre pays dans la démocratie. 
Chers  compatriotes, 
Durant deux (2) ans, le Bloc LIBÉRAL a sonné l’alarme pour le respect des délais constitutionnels et a par la suite mené, aux côtés des autres partis politiques et des organisations de la société civile au sein du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), le combat pour la protection de la constitution du 07 mai 2010 et la consolidation des acquis démocratiques.
Malgré tous les sacrifices consentis, une nouvelle constitution controversée et un nouveau président de la République issu d’un scrutin désavoué par une bonne partie des Guinéens sont aujourd’hui en place. Nous ne pouvons plus continuer à ignorer ce nouveau contexte. Mieux, presque toute la communauté internationale a pris acte des résultats définitifs des dernières élections présidentielles proclamées par la Cour Constitutionnelle. 
C’est pourquoi, au Bloc Libéral, nous avons analysé objectivement la situation et pris acte du nouveau contexte de notre pays en s’engageant dans la voix de la pacification du pays et du dialogue inclusif afin que les Guinéens connaissent enfin la quiétude dans l’espoir d’un développement et de la prospérité partagés. 
Ainsi, nous nous sommes fixés de nouvelles priorités que sont: 
1-  Travailler à faire baisser la tension dans le pays en vue d’ouvrir la voie à un dialogue qui permettra au peuple de panser ses plaies et d’amorcer une sincère réconciliation ; 
2- Faire libérer tous les militants de l’opposition et des organisations de la société civile, qui sont actuellement dans les prisons ;
3- Réfléchir à de nouvelles stratégies nous permettant de continuer le combat que nous avons entamé depuis que nous nous sommes constitués en parti politique. 
Guinéennes et guinéens, 
Chers compatriotes,
Se basant sur ces trois priorités et pour réconcilier les Guinéens et les unir autour d’un idéal commun, il est urgent et impérieux pour nous de mettre un terme aux crises politiques récurrentes dans notre cher pays, qui découlent du non-respect de nos propres lois. Pour y parvenir, le BL invite et interpelle le Président de la République à :
 Mettre en place un groupe technique, composé des personnalités aux valeurs incontestables, choisit parmi toutes les forces vives de la nation, pour travailler sur la feuille de route afin de mettre en place un cadre de dialogue inclusif, devant être animé par des personnalités connues pour leur probité morale et intellectuelle;
 Amorcer un véritable processus de réconciliation nationale à travers la mise en place d’une Commission Vérité et Réconciliation ;
 Mettre en place des institutions fortes, indépendantes et impartiales, capables de freiner des projets et politiques contraires à la constitution et aux lois de la République et, surtout, capable de destituer le Président de la République en cas de manquement et de haute trahison ; 
 Réformer totalement les secteurs clefs de l’Etat à commencer par celui de la justice et de la santé ;
 Respecter des calendriers électoraux selon la loi et les faire respecter par tous les acteurs ;
 Redonner à la CENI une véritable indépendance en la transformant en une CENI technique avec un conseil d’administration et en faisant d’elle la seule et unique institution nationale de gestion des élections en République de Guinée ;
 Retirer définitivement le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATD) et les structures déconcentrées de l’Etat dans la gestion des élections en Guinée ;
 Doter le pays d’un état civile fiable et d’un adressage physique de tout le bâtit public et privé pouvant rendre possible l’extraction d’un fichier électoral propre. 
 
Chers compatriotes,
La Guinée ne peut plus continuer à vivre dans un état de chaos perpétuel. N’ajoutons pas une crise à la crise, car le pays se relève déjà difficilement des conséquences de la COVID-19. L’État et la classe politique guinéenne ont besoin de se réinventer. En clair, il faut rompre avec le système et les manières de faire actuels pour adopter un autre mode de gouvernance et d’actions politiques basées sur la justice et les valeurs démocratiques. D’où l’importance, pour les différentes autorités et leaders politiques, d’initier et de s’engager dans des réformes efficaces et indispensables afin de faire face aux profondes mutations de notre société pour l’émergence d’une Guinée nouvelle. 
Le Bloc Libéral s’engage à continuer ce combat et entend réussir ce noble pari des changements que nous comptons apporter sur l’échiquier politique guinéen. Nous vous réitérons encore nos vœux les meilleurs pour le nouvel an 2021.
 Que Dieu bénisse la Guinée et les Guinéens.
Vive la Démocratie ! 
Vive la République de Guinée dans l’unité, la justice et la prospérité !
Vive le Bloc Libéral ! 
Je vous remercie.
 
Fait à Conakry le 2 janvier 2021 
 
 

Continue Reading

Discours

An 2021 : voici les VŒUX DE NOUVEL AN  DU PRÉSIDENT CELLOU DALEIN DIALLO 

Published

on

VŒUX DE NOUVEL AN 2021 

DU PRÉSIDENT CELLOU DALEIN DIALLO 
Guinéennes,
Guinéens,
Mes chers compatriotes,
Au seuil de l’année qui s’annonce, il m’est agréable de vous présenter à tous et à toutes, mes vœux les plus sincères, les plus chaleureux, les plus fraternels.
C’est pour moi une nouvelle occasion de rendre hommage à tous ceux qui se sont sacrifiés pour une Guinée libre et démocratique. Mes pensées vont à nos morts et à leurs familles endeuillées, à ceux qui sont dans la souffrance à cause des violences politiques, à nos responsables et militants détenus arbitrairement.
Je voudrais exprimer ma compassion aux victimes de la Covid19 et rendre hommage au corps médical tout en regrettant la manipulation par Alpha Condé de cette terrible maladie pour contraindre les droits de notre peuple.
Que 2021 nous soulage de tous les maux qui nous accablent ! Je souhaite que le chômage recule, que la précarité baisse. Je souhaite que le spectre de la disette et de la malnutrition s’éloigne définitivement de nos foyers. Je souhaite que notre société fasse un bond en avant dans tous les domaines notamment ceux vitaux de la cohésion nationale, de l’éducation et de la santé. Je souhaite que cette année soit pour la nation entière une année véritablement nouvelle, une année qui nous fasse définitivement oublier les affres du passé, affres multiformes, affres douloureuses et persistantes et qui se sont dangereusement aggravées depuis qu’Alpha Condé a accédé au pouvoir.
Mes chers compatriotes,
En 2010, Alpha Condé nous avait promis le changement. Et le changement a bien eu lieu mais dans le sens inverse, celui du recul et de la dégradation.  Alpha Condé, c’est la régression ! Alpha Condé, c’est la décadence ! Une décadence qui va des aspects les plus banals, les plus quotidiens de notre vie nationale à nos valeurs les plus symboliques. Nos conditions de vie, déjà fort précaires, ont atteint avec ce régime incompétent et corrompu, un seuil absolument intolérable. La montée des prix est telle que les denrées de première nécessité sont devenues inaccessibles aux classes moyennes à plus forte raison aux bourses les plus modestes. C’est un véritable luxe aujourd’hui de consommer de la viande, des légumes ou du lait. De nombreuses familles ont des difficultés pour faire bouillir la marmite ne serait-ce qu’une fois par jour. Pendant ce temps, chez nos ministres, chez nos gouverneurs, chez nos officiers supérieurs, les villas et les voitures de luxe prolifèrent ; les coffres- forts débordent de liasses d’euros, de dollars et de yens. Nous vivons sans doute sous le régime le plus cruel, le plus injuste, le plus inégalitaire de la région.
Hélas, par la faute de ce président-professeur, nos malheurs ne se limitent pas aux choses matérielles, ils touchent aussi à nos valeurs les plus sacrées.  L’unité nationale, ce principe de base qui fonde notre identité et nous prédispose à vivre ensemble est dangereusement remise en cause. Diviser les Guinéens est le sport favori d’Alpha Condé. Il a tout fait pour opposer les roundés et les missidés, les Peuls et les Malinkés, les Koniankés et les Guerzés etc.  Monsieur alpha condé, en véritable apôtre de l’ethno-stratégie, s’est à nouveau employé à diviser les Guinéens en cette année 2020. Ces appels à l’affrontement et à la « guerre » dans un contexte de compétition politique ont été largement suivi. A la violence d’Etat s’est ajoutée la violence inter communautaire encouragée par les autorités censées protéger les populations.  Les récents affrontements à Macenta en sont la dernière illustration funeste.
Refusons ensemble cette macabre manipulation ! Personne ne doit séparer des ethnies sorties du même moule historique et culturel, qui ont partagé des siècles durant la même expérience religieuse, politique et sociale. Alpha Condé voit des tribus partout, il est incapable de voir la Guinée ! La notion de nation lui est complètement étrangère. A se demander comment un homme qui se prétend universitaire peut-il avoir une compréhension aussi primitive de l’Histoire !
Mes chers compatriotes,
Il est temps, grand temps d’en finir avec ce mode de pensée archaïque. Que l’année 2021 soit pour la Guinée, l’année de la rupture, l’année du renouveau et de l’espoir ! Qu’elle efface de notre mémoire l’année horrible qui termine. 2020 fut en effet l’année Alpha Condé par excellence, celle où notre apprentidictateur a accumulé tout son savoir-faire en matière de cynisme politicien.
Obsédé par le désir de s’octroyer un pouvoir à vie, ce monsieur a enfreint, en un temps record, toutes les règles juridiques et morales. Pour commencer, il a violé la Constitution sur laquelle il a solennellement prêté serment, commettant ainsi un parjure qui, si notre vie constitutionnelle était normale, l’aurait mené tout droit devant la Haute Cour de Justice, juridiction qu’il s’est d’ailleurs fort bien gardé d’installer comme le lui obligeait la Loi Fondamentale (et pour cause !). Ensuite, après avoir organisé un référendum frauduleux, ce juriste de formation a imposé au peuple une nouvelle Constitution, Constitution dont il a publié une version tronquée au Journal Officiel.  Quel crédit accorder à un Etat qui falsifie ses propres textes ? Un Etat faussaire a-t-il sa place dans le concert des nations ? Ce geste jette sur notre nation une souillure que les années auront du mal à effacer.
 Je voudrais saluer les patriotes guinéens qui se sont réunis au sein du Front National pour la Défense de la Constitution, ainsi qu’au sein d’autres mouvements politiques et organisations de la société civile pour lutter avec courage et détermination contre le tripatouillage de notre constitution er contre un troisième mandat voulu par Alpha Condé. La mobilisation des millions de Guinéens aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays contre la forfaiture a montré à la face du monde entier l’attachement inébranlable de notre peuple aux valeurs de la démocratie et de l’Etat de droit.
Mes chers compatriotes,
Regroupés au sein de l’Alliance Nationale pour l’Alternance et la Démocratie, nous avons décidé, avec plusieurs autres partis politiques et organisations citoyennes, de porter dans les urnes le combat contre l’imposture politique. Malgré les violences, les intimidations et tous les stratagèmes politiciens utilisés contre nous, nous avons réussi à fédérer l’écrasante majorité du peuple de Guinée autour de nos idéaux et valeurs. Ainsi, nous avons gagné les élections présidentielles du 18 octobre 2020 haut les mains, nous pouvons en être fiers. Et nous l’avons gagnée dès le premier tour avec 53, 85% des voix. Aujourd’hui, c’est en toute illégalité qu’Alpha Condé occupe le palais de Sékhoutouréyah. Ce troisième mandat n’est ni rien ni plus qu’un coup d’Etat, j’allais dire un double coup d’Etat constitutionnel et institutionnel appuyé par les forces de sécurité, des forces de sécurités dévoyées, des forces de sécurité qui ont, depuis longtemps, trahi leur mission de service public.
Mes chers compatriotes,
Notre jeune démocratie est dangereusement remise en cause.  Le tripatouillage institutionnel et les manœuvres dilatoires d’Alpha Condé nous ont replongés dans des mœurs politiques d’un autre âge.
En effet, dans son projet d’ériger une nouvelle dictature dans notre pays, Monsieur alpha condé a totalement déconstruit notre Etat, en en faisant une République bananière où seule sa volonté compte.
 Les arrestations arbitraires des responsables de notre parti. L’emprisonnement et le harcèlement judiciaire dont sont objets des centaines de nos militants, partisans et sympathisants à travers le pays. L’embastillement des opposants de la société civile et des journalistes dans des conditions inhumaines à cause de leur opinion politique. La répression barbare et aveugle exercée contre les populations usant de leur droit de manifester. La persécution et le kidnapping d’honnêtes citoyens jusque dans leur sommeil. Autant de signes qui montrent que le pouvoir de Monsieur alpha condé ne vient pas du peuple, mais uniquement de la force des armes.
En effet, quand on est élu par le peuple, quand on a gagné les élections dans les urnes, quand on est légitime, on est serein, on n’est pas fébrile, on ne massacre pas son propre peuple à la moindre occasion. Mais quand on a perdu dans les urnes et qu’on s’est accroché au pouvoir par la cruauté et la barbarie, par la corruption, alors on n’est pas serein. Conscient de son illégitimité, on devient irritable, agressif, haineux, on tue pour intimider, on instaure la terreur pour dissuader… La conservation du pouvoir indu demeure alors notre seule et unique obsession, c’est en cela qu’on reconnait un dictateur.
Mais que Monsieur alpha condé ne s’y méprenne guère, le combat pour la reconnaissance de notre victoire aux élections du 18 octobre 2020 continuera de plus belle en 2021. Il ne peut voler notre victoire et espérer dormir tranquille.
L’usurpateur sentira notre détermination à aller jusqu’au bout.
Mes chers compatriotes,
 Nous continuerons à nous battre jusqu’à l’avènement d’une véritable démocratie et d’un véritable Etat de droit dans notre pays. Nous sommes engagés dans une longue lutte pour laquelle nous avons déjà consenti énormément de sacrifices. Plus de cinq-cents personnes ont été assassinées par Monsieur alpha condé depuis
2010 ; des milliers d’autres Guinéens ont été blessés dans des répressions sauvages ordonnées par lui. Nous avons le devoir sacré de continuer à nous battre pour eux, pour leurs proches, pour nous, pour les idées et les valeurs auxquelles nous croyons, pour notre patrie. Nous devons honorer leurs mémoires qu’incarne notamment celle de Roger Bamba dont l’assassinat continue de nous émouvoir.
En remportant cette bataille pour laquelle ils sont tombés en martyrs, cette bataille pour laquelle ils sont mutilés à vie, cette bataille pour laquelle ils ont perdu tous leurs biens.
Rien ne nous fera reculer. Au contraire, les menaces, les intimidations, la répression aveugle ne feront que renforcer notre détermination à mener le combat jusqu’au bout. Combat pour la vérité des urnes, combat pour les libertés, combat pour le respect des droits de l’Homme, combat pour l’unité pleine et entière de notre nation.  Nous réaffirmons notre disponibilité à nous unir à toutes les forces patriotiques, qu’elles soient issues des partis politiques, de la société civile ou des syndicats, pour lutter, par tous les moyens légaux, contre la dictature et ses inévitables corollaires : la division, la répression, la corruption et la misère généralisée.
Mes chers compatriotes,
Je le dis à tous et à toutes : Guinéens, soyons prêts aux sacrifices les plus ultimes pour faire triompher nos idéaux de justice et de paix, de liberté et de prospérité ! Il n’est plus loin le jour où une grande masse humaine de guinéens va se rassembler pour le salut de la nation !
Vive la République de Guinée !
Vive la démocratie !
Vive l’unité nationale !

Continue Reading

Discours

Voeux de nouvel an : Aliou Bah s’adresse à ses compatriotes

Published

on

GUINÉENNES ET GUINÉENS,

CHERS COMPATRIOTES,

Nous voici au terme d’une année sans précédent et pendant laquelle nous avons traversé ensemble toutes formes de péripéties.

En effet, la pandémie qui a cours en ce moment, est loin d’être derrière nous. Et chaque jour avec son lot d’inquiétudes et de défi pour l’ensemble du système sanitaire et scientifique mondial. Les différents spécialistes œuvrent chacun en ce qui le concerne dans une course contre la montre pour annihiler ce virus dont on parle aujourd’hui d’une version mutée qui aurait aussi bien une contagiosité et un taux de létalité plus élevé.

Tous les secteurs de l’économie mondiale sont touchés et une morosité couplée d’une récession économique planétaire ne font plus l’objet d’un doute.

Face à de telles situations hautement difficiles et qui sont une première dans l’ère contemporaine, les concessions seront de toutes les parties, entre engagement, don de soi dans la riposte, chaque état garde une forme d’autonomie au regard des recommandations internationales édictées par l’OMS.

Notre pays malgré les difficultés structurelles liées au manque d’infrastructures et d’équipements sanitaires, a su affronter cette crise. Nos pensées les plus solidaires vont à l’endroit de la population guinéenne qui a su faire preuve de discipline durant cette période en respectant les gestes barrières mais aussi à tout le personnel soignant qui se bat avec les moyens rudimentaires du bord pour sauver des vies. Votre dévouement est une leçon de vie et la nation toute entière vous félicite et vous remercie. Au nom du MoDeL, nous présentons nos condoléances aux familles des victimes et nos souhaits de prompt rétablissement aux nombreuses personnes contaminées du COVID-19.

Chers compatriotes, 2020 a aussi été une année politiquement très éprouvante pour tous les guinéens épris de justice.

Nous avons d’abord été témoin du tripatouillage constitutionnel couronné des différents passages en force du pouvoir lors des élections législatives et présidentielles occasionnant ainsi des centaines de morts, des destructions de biens publics et privés, des handicapés à vie. Nos pensées vont à l’endroit de tous ces martyrs qui pour la plupart manifestent paisiblement pour exprimer leur exaspération et réclament l’amélioration de leur condition de vie.

Nos pensées vont également à tous les prisonniers politiques enfermés dans les geôles d’un régime imposé par la force et la terreur et dont le seul crime est d’avoir osé exprimer leur opinion sur la situation politique de leur pays. Tenez bon chers camarades, et soyez convaincus que le combat ne sera pas perdu ! Nous avons appris à nager dans des flots tumultueux, et avons toujours gardé notre constance et étoffé nos actions en réponse aux besoins multiples de nos populations qui ne demandent que de vivre dans un pays plus juste, plus paisible et plus fraternel.

Chers compatriotes,

Comme vous le savez tous, le MoDeL depuis deux ans est victime de l’arbitraire et du non-respect de nos textes de loi. Deux ans après s’être soumis à toutes les procédures légales pour la création d’un parti politique, le MoDeL n’a toujours pas son agrément et ce au mépris de la législation qui encadre la création et le fonctionnement des partis politiques. Soyez-en rassurés, le MoDeL continuera à se battre pour obtenir sa reconnaissance administrative afin de gouverner la Guinée en mettant en application son programme politique ambitieux et inclusif.

Chers compatriotes, malgré un contexte morose, nous tenons à vous adresser ici un message d’espoir pour l’année à venir, l’espoir d’un pays débarrassé de ces démons qui nous narguent jour et nuit et nous empêchent de nous épanouir et de vivre sereinement. L’espoir d’un pays unifié, réconcilié qui promeut plus que jamais le vivre ensemble.

L’an 2021 sera, à n’en pas douter, une année charnière. Les projets d’avenir sont énormes mais le véritable chantier pour 2021 auquel nous devons tous participer sans perdre de temps serait de réfléchir collectivement à l’idée de quelle Guinée souhaitons-nous laisser à nos enfants ? Il s’agira alors de mettre progressivement en œuvre des changements profonds dans nos pratiques qui tiendront compte des évolutions souhaitées.
L’avenir de la Nation appartient et se construit avec tous les enfants de la République !

GUINÉENNES ET GUINÉENS,

CHERS COMPATRIOTES D’ICI ET AILLEURS,

Conscients que le discours de cette fin d’année n’incite pas nécessairement à la fête compte tenu du contexte sanitaire mais à chacun d’entre vous où qu’il se trouve dans le monde nous tenons à souhaiter au nom du MoDeL une très belle année 2021 et surtout mieux que jamais, une BONNE SANTÉ à chacun de vous !

Vive la République !

Vive le MoDeL !

Aliou BAH
Président de l’organe provisoire de direction du MoDeL

Continue Reading

CETTE SEMAINE